RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde

Inde : la branche locale d'Amnesty international sanctionnée par une amende de plusieurs millions de dollars

Amnesty international sanctionnée par une amende de plusieurs millions de dollars en Inde
09 juil. 2022 à 09:21Temps de lecture1 min
Par Belga, édité par M. Allo

L'Inde a infligé une amende de près de 6,5 millions de dollars à la branche locale d'Amnesty International pour des délits financiers, après une enquête considérée comme une "chasse aux sorcières" par l'organisation de défense des droits humains.

L'Enforcement Directorate, l'agence qui enquête sur les délits financiers dans le pays a indiqué vendredi qu'Amnesty avait violé la réglementation indienne sur le financement en utilisant des dons de l'étranger pour développer ses activités locales. L'ancien responsable de la branche locale Aakar Patel doit également s'acquitter d'une amende additionnelle de 1,3 million de dollars.

Amnesty International n'a pas fait de commentaires après l'annonce de l'amende. L'organisation a mis fin à ses activités en Inde en 2020 après le gel de ses comptes bancaires ordonné par le gouvernement. A l'époque, elle avait estimé être victime d'"une incessante chasse aux sorcières menée par le gouvernement indien à l'encontre des groupes de défense des droits humains pour des motifs infondés".

Amnesty International et d'autres ONG s'estiment victimes d'un harcèlement du gouvernement nationaliste hindou du Premier ministre Narendra Modi pour avoir critiqué la façon dont sont traitées les minorités indiennes et dénoncé les abus commis dans des zones de conflit, notamment au Cachemire. Amnesty avait été poursuivie pour sédition après avoir organisé une conférence en 2016 sur les violations des droits humains au Cachemire. Les poursuites avaient ensuite été abandonnées. Ses bureaux à Bangalore (sud) avaient ensuite été perquisitionnés en 2018 par l'Enforcement Directorate.

Au début de cette année, Aakar Patel n'avait pu quitter le pays en raison d'une action en justice et s'était vu refuser l'embarquement pour un vol en direction des États-Unis à l'aéroport de Bangalore par des membres du Central bureau of Investigation (CBI), agence d'investigation indienne.

Sur le même sujet

Inde : le parlement commence à voter pour un nouveau président, une femme donnée favorite

Monde

Après le blé, l'Inde veut restreindre les exportations de farine

Monde

Articles recommandés pour vous