RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Indexation : les salaires pourraient augmenter de près de 7% sur l’année 2022

La question du jour

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

30 mars 2022 à 18:31Temps de lecture2 min
Par Arnaud Ruyssen

L’estimation émane de la Banque Nationale de Belgique (BNB) : l’indice santé pourrait grimper de 6,9% sur l’ensemble de l’année 2022. Concrètement comment cela va-t-il se traduire dans l’indexation automatique des salaires ? Déclic a voulu y voir clair

Jamais l’indice santé n’a augmenté autant

Premier constat, jamais depuis sa création, l’indice santé n’a augmenté autant en une seule année. Cet indice, basé sur l’indice des prix à la consommation auquel on a soustrait l’alcool, le tabac et les carburants sert de point de repère pour l’indexation automatique des salaires, des allocations (dans sa version lissée) et des loyers. C’est cet indice qui, selon les projections de la BNB tenant compte de la guerre en Ukraine ainsi que des mesures gouvernementales pour faire baisser la facture énergétique des ménages, pourrait grimper de 6,9% sur l’ensemble de l’année.

Une indexation automatique différemment appliquée

Cela dit, tous les salaires ne sont pas indexés au même moment ou de la même manière. Pour certains (dont le secteur public), le salaire est indexé à chaque franchissement d’un indice pivot. En clair, l’adaptation du salaire au coût de la vie se fait par palier. Dès qu’un palier de 2% d’augmentation est franchi, le salaire est augmenté en proportion. Cet indice pivot a été franchi en février, ce qui a conduit à une indexation en mars pour les allocations et en avril pour les salaires concernés par ce mécanisme.

Mais il faut rappeler que, chez nous, seuls 40% des salaires sont indexés lors du franchissement d’un indice pivot. Pour 40% d’autres travailleurs, l’indexation est annuelle. Pour d’autres encore (10%) l’indexation est trimestrielle et les 10% restant bénéficient d’autres formules encore, comme une adaptation salariale mensuelle.

Un manque à gagner pour certains

Ces différences de système ne sont pas sans conséquences pour le portefeuille. Si, à l’arrivée, l’indexation est la même pour tous, les types d’indexations différents peuvent avantager certains travailleurs, en fonction du niveau d’inflation. Quand l’inflation est galopante, comme c’est le cas actuellement, ceux qui bénéficient d’une indexation continue via le franchissement d’un indice pivot sont avantagés. Selon les calculs de Thomas Greuse, du service d’étude de la CSC, "sur l’année 2022, un salarié médian (3450 € brut / mois) bénéficiant du système appliqué dans le secteur public pourrait, sur l’année, gagner 175 € bruts de plus qu’un salarié gagnant le même salaire… mais indexé annuellement".

Par contre, en période de faible inflation, il vaut mieux être indexé à date fixe, plutôt que de devoir attendre le franchissement d’un palier de 2%.

Sur le même sujet

Les syndicats devant la FEB le 22 avril pour réclamer de meilleurs salaires

Economie

L'indexation des salaires pourrait dépasser les 12% d'ici 2023, selon SD Worx

Economie

Articles recommandés pour vous