Fenêtre sur doc

Inner lines : voyage poétique à la rencontre de populations meurtries par la guerre

Extrait de "Inner Lines"

© Cobra Films

02 août 2022 à 07:09 - mise à jour 08 août 2022 à 06:46Temps de lecture2 min
Par Anne Schiffmann

Tourné en 16 mm, ce film politique et poétique à la fois, nous emmène autour du Mont Ararat, le haut-plateau arménien situé à l’est de la Turquie. On y part à la rencontre de populations dispersées et marquées par les conflits armés. Il n’y aura aucune image violente, juste des témoignages forts de femmes et d’hommes meurtris par l’horreur de la guerre.

Inner Lines : un documentaire de Pierre-Yves Vanderweerd à voir le lundi 08 août à 22h25 dans Fenêtre sur doc sur La Trois et à revoir sur Auvio

Inner Lines

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Dans le langage militaire, les inner lines sont des itinéraires de secours qui, tout en se situant à proximité des lignes adverses, échappent aux moyens de contrôles et permettent de prendre la fuite.

Pour le réalisateur de ce film, ces inner lines sont avant tout des voies intérieures, celles où résident nos peines. Nous suivons ici des messagers et leurs pigeons voyageurs parcourant ces voies parallèles pour relier entre elles, les communautés dispersées par les conflits. Avec eux, nous allons à la rencontre de communautés en prise avec les guerres, en Turquie, en Arménie et au Haut-Karabagh. 

Au gré leurs errances, ils croisent d’abord des Yézidis qui ont fui les exactions de Daech et ont trouvé refuge dans des camps de transit en Turquie. Quand Daech nous a attaqués, nous avons pris la fuite dans la montagne. Nous n’avions pas d’arme pour nous défendre, ils ont commencé à nous massacrer " explique une femme au regard perçant. " Les Yézidis ont perdu leur intégrité entre les mains de ces incroyants " dit-elle.

En poursuivant leur voyage, les messagers et leurs pigeons se posent aux côtés des derniers survivants du génocide arménien. Sur des images de village en ruine, une vieille femme raconte toute la souffrance de la petite fille qu’elle était quand son père a été assassiné par les Turcs. Cette douleur est restée en moi jusqu’à aujourd’hui " dit-elle.

On arpente ensuite le Haut-Karabagh, détruit par la guerre. Depuis 2020, l’Arménie et l’Azerbaïdjan se livrent à des combats dans la région. Ce mois-ci les ministres des Affaires étrangères des deux pays ont entamé leurs premiers pourparlers directs depuis la guerre. Une éclaircie tant attendue. Mais dans la région, de nombreuses familles endeuillées pleurent la mort d’un des leurs. Quand je ferme les yeux, je vois Hakob, joyeux et plein de vie. Je repense à la dernière fois qu’on s’est vus. Il nous a mis dans le bus avant de partir à la guerre. Je vois encore son regard " raconte une jeune femme qui a perdu son mari au combat.

Tout au long du récit, ces femmes et ces hommes témoignent de ce qu'ils ont enduré, de leurs existences brisées, de la vie qui se bat contre la mort. Leurs paroles racontent avec calme et force la même violence infligée par des hommes à d'autres hommes. Les mêmes horreurs de la guerre, les mêmes souffrances, les mêmes deuils, les mêmes larmes. Le contraste entre la dureté de leurs mots et leurs regards et la beauté des images est saisissant. Inner Lines: c'est un voyage qu'il faut prendre le temps de faire et qui ne vous laissera pas indifférent. 

Production : Cobra Films – Les Films d’ici Méditerranée – Les Films d’ici et Czar films en coproduction avec la RTBF / WIP et Arte G.E.I.E

 

Sur le même sujet

Alpes : quand la solidarité s’organise en montagne au secours des migrants

Fenêtre sur doc

140 km à l’ouest du paradis : l’histoire de David contre Goliath en Papouasie-Nouvelle-Guinée

Fenêtre sur doc

Articles recommandés pour vous