Santé physique

Innovation : le casque moto antipollution

© Shellios Puros

Les effets nocifs de la pollution atmosphérique sur la santé ne sont plus à prouver. Les conducteurs de deux-roues sont les plus exposés. Cyclistes et motards tentent de diminuer les inhalations des pots d’échappements par le port d’un masque, masque qui n’est pas des plus confortables pour respirer en roulant. Alors dans un pays aussi pollué que l’Inde, une start-up a conçu le premier casque moto à air filtrant.

 

Maladies respiratoires, cancers… la pollution aux particules fines tue chaque année par milliers et diminue l’espérance de vie de 2 ans pour les personnes vivant dans des villes très polluées. Les données de l’OMS montrent que 99% de la population mondiale respire un air dont les valeurs dépassent les limites recommandées par l’organisation mondiale de la santé.

L’exposition étant la plus forte dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, l’Inde détient le triste record de contenir 21 de ses villes les plus polluées au monde dans le classement des 30 villes contenant le plus haut taux de pollution atmosphérique. Des villes à forte densité de population et constamment embouteillées. En 2019, plus de 221 millions de personnes circulaient à moto en Inde, entraînant l’émission d’une forte quantité de gaz nocifs et l’apparition du fameux smog, cet épais brouillard résultant d’un mélange de particules fines et d’ozone.

C’est ainsi que la start-up indienne Shellios Technolabs basée à New Delhi a conçu un casque de moto capable de filtrer l’air pour permettre aux motards de circuler dans des zones polluées en se protégeant. Le casque PUROS contient un filtre à particules à haute efficacité contre les particules fines. Un conduit à l’intérieur du casque fait circuler l’air filtré vers le visage du conducteur et Shellios affirme que l’air est filtré jusqu’à une efficacité de 99%. Mais des tests effectués par un laboratoire indien certifié ont révélé que le casque réduisait en réalité l’exposition à la pollution de plus de 80%.

Le système de purification fait de fibre de verre se présente sous forme d’une grille à l’arrière du casque. Le ventilateur est alimenté par une batterie lithium-ion avec port de chargement micro USB. Le casque dispose aussi d’une connexion Bluetooth pour alerter lorsque le filtre doit être changé, d’un kit main libres et d’une climatisation intégrée. Il est vendu aux normes indiennes au prix de 56 euros. Il n’est pas donc pas disponible en Europe, la société cherche des partenaires européens, à suivre donc.

 

Sur le même sujet

Ce casque de moto dispose d'un airbag intégré

Mobilité

Articles recommandés pour vous