Regions Liège

Inondations Wallonie: 25 millions répartis entre 9 villes et communes pour l'acquisition de biens immobiliers et les travaux de démolition

© Tous droits réservés

02 déc. 2022 à 15:00Temps de lecture2 min
Par Benjamin Verpoorten avec Caroline Adam

Certaines victimes des inondations s'apprêtent encore à passer un hiver compliqué, dans les travaux. D'autres ne savent pas encore s'ils vont devoir déménager ou non: il s'agit des propriétaires de plus de 600 bâtiments au total, des bâtiments à racheter et démolir, soit parce qu'ils sont en piteux état, soit pour laisser place à des zones non construites en cas de nouvelles inondations.

La Wallonie va subsidier ces rachats. Ce jeudi, le gouvernement wallon a réparti l’enveloppe de 25 millions d’euros destinée aux villes et communes qui souhaitent acquérir des biens sinistrés lors des inondations de juillet 2021 et considérés comme problématiques du point de vue de la gestion des risques liés aux inondations.

"C’est une mesure importante pour les Villes et Communes qui désirent avancer dans leur reconstruction. Ce mécanisme de financement va permettre de répondre aux besoins concrets du terrain et d’apporter une réponse directe à l’aide demandée par les autorités communales" souligne dans un communiqué le Ministre de l’Aménagement du Territoire Willy Borsus.

Pas nécessairement une bonne nouvelle

La somme est importante, mais ce n'est pas nécessairement une bonne nouvelle. A Verviers par exemple, même pour la trentaine de maisons visées en priorité (sur une centaine), ce sera trop juste. "Je ne pense pas qu'on puisse parler de bonne nouvelle parce qu'en fait, ce n'est pas quelque chose pour lequel nous sommes demandeurs" explique Alexandre Loffet, bourgmestre faisant fonction de Verviers. "Pour une commune, demander aux gens de quitter leur maison pour la démolir, ce n'est pas évident. Nous avons rencontré une première fois les citoyens principalement concernés par les premières vagues de maisons, et ce n'est pas facile. La plupart sont très tristes de devoir quitter leur maison et de devoir la céder pour la démolir, c'est clair. Ils s'attendent à ce qu'on les rachète, ou ils ne le veulent pas, mais si on n'a même pas les moyens pour le faire, ça risque de nous mettre dans une situation encore plus compliquée par rapport à des gens qui ne savent pas s'ils vont faire leurs travaux ou qui les ont déjà faits et qui ne savent pas ce que va devenir leur maison. Pour la plupart, c'est un risque de sécurité s'il y a à nouveau des événements climatiques exceptionnels. Et donc en l'état aujourd'hui, les gens sont rentrés chez eux. Nous ne saurons pas assumer sur fonds propres, dans l'état où nous sommes financièrement, ces opérations qu'on nous demande de faire. Ce n'est pas nous qui demandons à démolir une centaine d'habitations alors qu'il y a déjà une grande demande de logements. Nous demandons aux pouvoirs subsidiants de pourvoir à la totalité des montants dont nous avons besoin."

L'enveloppe de 25 millions d'euros sera répartie entre les 9 villes et communes les plus touchées par les inondations de juillet 2021, hors territoire germanophone, sous la forme d'un droit de tirage. Sont concernées: Chaudfontaine, Esneux, Liège, Limbourg, Pepinster, Rochefort, Theux, Trooz et Verviers.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous