Regions Namur

Inondé cet été, le trou d’Haquin (Lustin) dégagé par une trentaine de spéléologues, ce samedi

© RTBF

C’est l’un des sites de spéléologie les plus prisés en Wallonie. Le trou d’Haquin a subi d’importants dégâts, lors des crues exceptionnelles de cet été. Ce samedi, des amateurs de tout le pays ont rejoint Lustin pour une opération de déblaiement à l’entrée de la grotte mais aussi dans les profondeurs de la cavité.

Une porte d’entrée désormais invisible

Pour accéder au gouffre, situé à la sortie du village de Lustin, il faut marcher environ 800 mètres sur un chemin de terre, au milieu des champs. Une fois sur place, l’entrée de la grotte se trouve dans un bosquet. Jusqu’en juillet dernier, une barrière métallique, bien visible, sécurisait l’entrée mais depuis, cette grille a disparu sous une épaisse couche de terre, de pierre et de branches.

© RTBF

"On avait pratiqué un scan en 3d avant et après la crue et on a calculé qu’il y a plus de 200 m³ de sédiments, juste à l’entrée de la grotte. Dans la cavité, l’eau est remontée de 35 mètres, donc ça a noyé quasiment toute la grotte, c’était vraiment impressionnant", confirme Stéphane Pire, spéléologue dans un club du Namurois.

Un site à préserver

Le site du trou d’Haquin est le rendez-vous des amateurs de spéléo. Ce qui explique la mobilisation de ce samedi. Une trentaine de volontaires se sont rassemblés pour dégager l’accès mais aussi certains passages, à l’intérieur de la grotte.

© RTBF

"La première raison, c’est conserver ce système karstique", explique Jean-Claude London."C’est un drain naturel et il faut le garder opérationnel pour que l’eau du ruisseau continue de s’écouler. La deuxième raison, c’est que le trou d’Haquin est une cavité école pour notre fédération. On y emmène beaucoup de jeunes, d’écoles afin de les initier à cette pratique", détaille le directeur de la commission exploration de spéléologie.

Le trou d’Haquin a été découvert vers 1910. Il recèle toujours de nombreux secrets. Grâce au travail des spéléologues, les recherches vont pouvoir reprendre afin de découvrir, peut-être, de nouvelles cavités, inconnues jusqu’ici.

Sur le même sujet

Colombie : un glissement de terrain fait au moins 14 morts

Monde

Articles recommandés pour vous