RTBFPasser au contenu
Rechercher

Matin Première

Instagram souffle ses 10 bougies : 10 ans de selfies et de #pornfood

06 oct. 2020 à 12:48 - mise à jour 06 oct. 2020 à 12:48Temps de lecture3 min
Par Marie Vancustem avec Garance Fitch Boribon

Un paysage sublime sur lequel on appose un filtre couleurs saturées, ou un autre "effet polaroïd", un selfie, un hashtag. Bienvenue sur Instagram. "Insta" pour les intimes, qui fête ses dix ans aujourd’hui.

Un succès immédiat

Instagram souffle ses 10 bougies :  10 ans de selfies et de #pornfood

Instagram est né le 6 octobre 2010, dans la tête de deux Américains : Kevin Systrom et Mike Krieger. L’idée de base, c’est simplement un réseau de partage de photos.

Avec un petit plus : ces fameux filtres, qui permettent de rendre n’importe quelle image un peu correcte.

Il faut dire qu’il y a dix ans, les photos prises avec un smartphone sont bien moins qualitatives qu’aujourd’hui.

Et donc, tout à coup les outils de retouche deviennent accessibles et sont hyper faciles à manier.

Le succès est immédiat:

 Plus d’un million d’utilisateurs en quelques mois. 10 millions en un an. 

De nombreux influenceurs se lancent. Ils parlent mode, tourisme, nourriture… Le pornfood, ces photos de toasts à l’avocat ou de cafés latte.

Instagram a donc un seul mot d’ordre : faire rêver, mais problème : comme beaucoup de réseaux sociaux à leurs débuts, Instagram ne rapporte rien.

La publicité sur Instagram

Nicolas Van Zeebroeck est professeur d’économie numérique à Solvay :

Ils avaient créé quelque chose avec beaucoup de succès, mais dont seuls les influenceurs vivent en réalité sur le dos de la plateforme, et puis Facebook a pris possession de la plateforme, est arrivé avec ses modèles basés sur la publicité.

Instagram commence donc par des contrats avec des annonceurs lorsqu’il est racheté par Facebook, puis, un cocktail bien connu entre dans le jeu un deal implicite, entre guillemets, entre l’utilisateur et le réseau.

L’utilisateur reçoit du divertissement, en échange il donne ses données et du temps d’attention.

La combinaison des deux est importante.

 

Les annonceurs payent cher pour mettre du contenu sur une plateforme, sur un média quel qu’il soit, mais ils sont prêts à payer d’autant plus cher qu’ils payent pour une attention qui est directement utile, on peut leur garantir que le contenu va être vu en priorité, si ce n’est exclusivement par des gens qui vont y être sensibles.

Nicolas Van Zeebroeck, professeur d’économie numérique à Solvay.

Des fonctionnalités qui font mouche auprès de ses utilisateurs

La grande force d’Instagram, c’est d’avoir intégré rapidement une série de fonctionnalités qui ont beaucoup plu aux utilisateurs.

En soi la seule vraie innovation d’Instagram, c’était ces fameux filtres photos du début. Après, le réseau a juste senti ce que les utilisateurs aimaient sur les autres plateformes.

C’est ainsi qu’on a vu débarquer en 2016 les stories, publication qui disparaissent après 24 heures, qui viennent de Snapchat.

Les vidéos courtes, comme sur Tik Tok, les vidéos long format IGTV, comme sur Youtube, etc.

 

Comment Instagram a changé nos comportements

Instagram a réellement favorisé certaines tendances, le selfie retouché, par exemple. Et tout le rapport à sa propre image que cela suppose.

En matière de tourisme, ça a fait exploser la fréquentation de certains endroits. Par exemple la rue Crémieux à Paris, petite rue typique aux façades colorées, où des dizaines de personnes viennent désormais chaque jour se prendre en photo, au grand désespoir des habitants qui ont même créé un compte humoristique (@clubcremieux) en publiant des photos des gens faisant des photos dans la rue Crémieux.

 

#Pornfood

Instagram souffle ses 10 bougies :  10 ans de selfies et de #pornfood

Côté nourriture, certains photographient leur assiette au restaurant ou tout ce qu’ils préparent à la maison, souvent avec le #pornfood.

Ces contenus sont toujours là, sur Instagram, ils ont fait la popularité du réseau, sa dose de rêve.

Mais on observe un glissement depuis quelque temps.

Du glamour au militantisme

Mais on observe un glissement depuis quelque temps.

Après le marketing, les annonceurs, ce sont les mouvements militants qui s’emparent du réseau.

Comme Instagram avait cette image glamour et lifestyle, ils sont un peu le fer de lance de ce qui est aujourd’hui dénoncé : l’image parfaite de la femme. Et donc évidemment les combats #metoo et autres ont trouvé un terrain assez naturel sur ce réseau.

Nicolas Van Zeebroeck, professeur d’économie numérique à Solvay.

Et depuis #MeToo, on a pu observer aussi que le mouvement Black Lives Matter, ou récemment la mobilisation pour la minorité Ouïghours ont trouvé un écho particulier sur le réseau.

Les surprises et comptes étonnants d’Instagram

Kylie Jenner une star de la téléréalité américaine, la cadette du club Kardashian : 197 millions d’abonnés.

Son profil Instagram est une déferlante de photos sexy, de fringues et de piscines.

Et il y a quelques jours, elle poste deux selfies en bikini, très avantageux.

Juste en dessous de ceux-ci, en légende, elle appelle ses followers à aller s’inscrire pour l’élection présidentielle américaine sur le site dédié du gouvernement fédéral. Hé oui. Elle les encourage à aller voter.

Dans la foulée, sur le site en question, on a observé dans la foulée de ce post un trafic 1500% supérieur à d’habitude.

 

 

 

 

Loading...

Sur le même sujet

Au musée du selfie, le visiteur est lui-même l’artiste et l’exposition

Exposition - Musées

Les "musées" du selfie débarquent pour offrir un cadre coloré aux adeptes des réseaux sociaux

Exposition - Musées

Articles recommandés pour vous