RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde

Invasion de l'Ukraine : Londres relativise la menace nucléaire brandie par Poutine

28 févr. 2022 à 09:02Temps de lecture1 min
Par Belga

Le ministre de la Défense britannique, Ben Wallace, a estimé lundi que la menace nucléaire de Vladimir Poutine avait pour but d'"impressionner" mais ne constituait pas un "changement significatif" de la stratégie russe en matière de dissuasion.

"Nous avons examiné sa position. Il n'y a pas de changement significatif", a déclaré Ben Wallace sur la radio LBC, estimant qu'il s'agissait plutôt d'un moyen pour le président russe de "chercher à impressionner".

Ben Wallace a expliqué qu'il avait rassuré son fils de 12 ans qui avait exprimé ses inquiétudes en lui disant que "nous n'allons pas avoir de guerre nucléaire".

Nous n'allons pas avoir de guerre nucléaire.

"Ce que je lui ai dit c'est que le président Poutine tient en ce moment une rhétorique pour détourner l'attention de ce qui ne va pas en Ukraine, et il veut qu'on soit tous conscients qu'il a une force de dissuasion nucléaire", a expliqué le ministre.

Mais le Royaume-Uni, comme la France et les États-Unis disposent de leur propre force de dissuasion nucléaire qui "nous a maintenu en sécurité pendant des décennies", a-t-il ajouté.

Ses propos font écho à ceux du Premier ministre Boris Johnson qui a déclaré dimanche que la menace agitée par M. Poutine était une "distraction de la réalité de ce qui se passe en Ukraine", où les forces russes rencontrent "plus de résistance, que ce que s'imaginait le Kremlin".

Sur la BBC, Ben Wallace a affirmé lundi qu'il y a "des Russes qui désertent ou se rendent, parce qu'ils sont confus comme tout le monde sur la raison pour laquelle ils sont engagés dans une guerre avec des personnes avec lesquelles ils sont probablement liés."

 

Sur le même sujet...

JT du 28/2/22

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine: le Pentagone n'a détecté aucun mouvement nucléaire "concret" en Russie

Guerre en Ukraine

La porte ouverte à une adhésion express de l’Ukraine dans l’UE ? Pas si simple

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous