RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde Europe

Investi pour un second mandat, Emmanuel Macron promet d'agir pour la France et pour la planète

07 mai 2022 à 08:56 - mise à jour 07 mai 2022 à 10:08Temps de lecture3 min
Par Anthony Roberfroid avec AFP

Au cours d’une sobre cérémonie d’une heure et demie dans l’Elysée, le président Emmanuel Macron a été investi président samedi pour un second mandat de cinq ans, dont les défis s'annoncent nombreux, de la réduction de la fracture sociale aux contrecoups de la guerre en Ukraine.

Peu après 11 heure, le président du Conseil constitutionnel, Laurent Fabius, a proclamé les résultats officiels de l'élection présidentielle, devant 450 invités, sous les ors de la salle des fêtes de l'Elysée. Emmanuel Macron a ensuite signé le procès-verbal d'investiture, ouvrant la voie à son nouveau quinquennat.

L'investiture du quatrième président réélu sous la Ve République, après De Gaulle, Mitterrand et Chirac, s'inscrit dans la lignée de celle de ses devanciers, sans sortie de l'Elysée. L'événement se résume donc pour l'essentiel à une cérémonie télévisée, retransmise en direct sur toutes les grandes chaînes.

Le président du Conseil constitutionnel Laurent Fabius a proclamé sa victoire au second tour le 24 avril face à la candidate d'extrême droite Marine Le Pen, avec 58,55% des suffrages. Puis M. Macron s'est fait présenter le collier de grand maître de la Légion d'honneur.

La conscience de la gravité des temps m'habite

Le président français Emmanuel Macron a fait samedi "le serment" d'agir pour laisser "une planète plus vivable" et "une France plus vivante, plus forte" au terme de son second mandat qui débute dans quelques jours, lors d'une cérémonie d'investiture sobre mais hautement symbolique.

"La conscience de la gravité des temps m'habite", a-t-il affirmé au début de son discours, en référence notamment à la guerre en Ukraine, devant les quelque 450 personnalités invitées. Le chef de l'Etat a insisté sur la nécessité d'"agir sans relâche" pour la France et pour l'Europe, et de "bâtir une nouvelle paix européenne et une nouvelle autonomie sur notre continent".

L'investiture s'est caractérisée par sa sobriété, à l'image de celles des précédents présidents réélus, François Mitterrand et Jacques Chirac.

Dans l'assistance figuraient ses prédécesseurs Nicolas Sarkozy et François Hollande, sa famille, dont son épouse Brigitte, ses amis, les membres du gouvernement, son Premier ministre Jean Castex en tête, ainsi que les principaux responsables des deux chambres du Parlement, des corps constitués et intermédiaires, des académies, des syndicats, des cultes...

Le chef de l'Etat a promis de présider avec "une nouvelle méthode" en "planifiant, en réformant, en associant" les Français, faisant à la jeunesse "le serment de léguer une planète plus vivable et une France plus vivante, plus forte".

Conformément à une tradition remontant à l'Ancien régime, 21 coups de canon seront tirés depuis l'esplanade des Invalides.

Le nouveau quinquennat ne débutera que le 14 mai

Le nouveau quinquennat ne débutera néanmoins officiellement que le 14 mai. La nomination du nouveau Premier ministre ne devrait intervenir qu'après, alors que les élections législatives se profilent un mois plus tard.

Les apparentes difficultés de M. Macron à trouver la personnalité idéale pour diriger le gouvernement alimentent les supputations. L'ex-directrice de cabinet du Premier ministre socialiste Manuel Valls, Véronique Bédague, actuellement directrice générale du groupe immobilier Nexity, aurait décliné l'offre, de même que la députée socialiste Valérie Rabault qui a indiqué avoir été approchée et avoir refusé pour ne pas avoir à porter le projet de retraite à 65 ans.

L'Elysée assure de son côté que "le président n'a proposé le poste de Premier ministre à personne".

Emmanuel Macron est attendu lundi, Journée de l'Europe, à Strasbourg pour prononcer un discours au Parlement européen, avant de se rendre à Berlin pour rencontrer le  chancelier allemand Olaf Scholz, son premier déplacement à l'étranger depuis sa réélection.

Un évènement plus sobre qu’en 2017

L’événement a été beaucoup moins spectaculaire que l’investiture du 14 mai 2017, lorsque des centaines de journalistes et d’invités guettaient dans la cour d’honneur, et jusque sur les toits, l’arrivée du jeune président de 39 ans sur le long tapis rouge et le départ de son prédécesseur François Hollande dans la foulée.

Cette fois, la cérémonie a été sobre, par respect du protocole mais aussi par volonté politique après la nette victoire d’Emmanuel Macron marquée néanmoins par un score record de son adversaire d’extrême droite Marine Le Pen.

La seule touche personnelle du président réélu a porté sur le choix des 450 invités, avec des catégories qui seront honorées, après les crises traversées durant le premier quinquennat.

Loading...

Sur le même sujet

France : la cérémonie d'investiture d'Emmanuel Macron aura lieu ce samedi 7 mai

Monde

Emmanuel Macron est-il le président le plus "mal élu" de la 5ème république ?

Monde

Articles recommandés pour vous