Investigation

#Investigation sur les conduites en amiante-ciment : Wanze et l’in BW effectuent plus de recherches

Une madame qui se sert un verre d’eau du robinet.

© Tous droits réservés

09 juin 2022 à 08:02Temps de lecture4 min
Par Lisa Guilmot

Après l’enquête de l’émission #Investigation, qui signalait en janvier 2022 que de nombreuses communes wallonnes sont toujours alimentées en eau via des conduites en amiante-ciment, plusieurs communes avaient demandé des analyses. C’est le cas de la commune de Wanze. Après ces recherches plus poussées, les autorités communales se veulent rassurantes : aucune fibre d’amiante n’a été détectée dans le réseau d’eau pour le moment.

Consommer l’eau plus sereinement

À Wanze, 57% des conduites sont encore en amiante-ciment. Et ce n’est pas la seule commune concernée. Le réseau wallon de distribution de l’eau est détenu à 70% par la Société wallonne des eaux (SWDE). Parmi ces 70% gérés par la SWDE, on comptabilise encore 2900 km de conduites en amiante-ciment. Investigation a d'ailleurs compilé les données récoltées lors de son enquête pour vous indiquer si votre commune possède encore des conduites de ce type.

Après l’enquête, les autorités communales de Wanze ont "directement interpellé la SWDE afin de disposer de données au sujet de la présence ou non de fibres d’amiante dans le réseau de distribution d’eau", peut-on lire dans le communiqué de la commune. Le contrôle effectué par la SWDE s’est avéré négatif, mais les autorités ont estimé qu’un seul et unique prélèvement ne suffisait pas pour prouver l’absence d’amiante dans l’eau.

C’est pour cette raison que le collège communal a demandé une analyse complémentaire à un laboratoire indépendant. Objectif : avoir plus de données, pour rassurer la population par rapport à l’eau qui arrive jusqu’à leur robinet. "Des prélèvements ont été effectués mi-avril dans chaque village de la commune. Ces prélèvements ont eu lieu dans des bâtiments communaux, pour ne pas déranger les habitants", explique Loïc Leroy, échevin de l’Environnement de Wanze.

Les résultats n’ont pas montré la moindre fibre d’amiante dans le réseau d’eau à Wanze. Une nouvelle rassurante par rapport à laquelle il faut tout de même rester prudent. L’absence d’amiante à un instant T, au moment de l’analyse, ne permet pas d’affirmer qu’il n’y a pas du tout de fibres d’amiante, ou qu’il n’y en aura jamais dans l’eau de Wanze. L’échevin Loïc Leroy affirme d’ailleurs que la commune continuera à surveiller son réseau d’eau : des prélèvements similaires seront effectués dans chaque village de la commune une fois par an.

Remplacement intégral du réseautage d’eau

D’après Sarah Munck, médecin généraliste chargée de mission Santé à Inter-Environnement Wallonie, le risque que des fibres d’amiante soient reléguées dans les tuyaux est plus élevé après 50 ans. Cela peut être causé par des variations chimiques de l’eau, si elle est douce, ou au contraire, agressive ou encore, si des travaux sont effectués à proximité des conduites. Ce délai est d’ailleurs démontré par plusieurs études. Pourtant, on trouve encore chez nous des conduites en amiante-ciment installées tout juste après la Seconde Guerre Mondiale. Durant son enquête, l’équipe d’Investigation avait par exemple filmé un chantier à Wanze où des ouvriers remplaçaient un morceau de conduite en amiante-ciment, conduite qui datait… de 1947.

Pour affirmer avec certitude qu’il n’y a aucun risque pour la population locale, selon plusieurs experts et médecins, il faudrait donc remplacer intégralement toutes ces vieilles canalisations. Sans cela, le risque qu’un jour des particules d’amiante se libèrent et se retrouvent dans le réseau d’eau ne pourrait jamais être totalement exclu.

Pas d’amiante dans l’eau desservie par l’in BW

Nous avons aussi contacté l’in BW, concernant l’éventuel remplacement du réseautage d’eau et des analyses de l’eau dans le Brabant wallon. L’intercommunale affirme qu’elle réalisera quelques analyses une fois tous les deux ans pour contrôler le vieillissement des conduites et prévenir d’une éventuelle dégradation de la situation. À l’heure actuelle, aucune inquiétude selon l’intercommunale, la situation est "tout à fait normale". Concernant le remplacement du réseautage d’eau, il se fera progressivement et non de manière systématique. L’in BW se base sur toute une série de critères scientifiques pour évaluer l’ordre de priorité.

Parfois, les conduites d’eau peuvent être fragilisées par des travaux et ainsi libérer des fibres d’amiante. Lors du reportage, les équipes d’Investigation avaient constaté que certaines rues étaient victimes de nombreuses fuites. Selon l’in BW, ces fuites n’amènent pas plus de risque relatif à une libération de fibres d’amiante. Une affirmation que contestaient néanmoins plusieurs experts dans le reportage. Mais pour l’in BW, c’est l’intervention qui peut fragiliser la conduite en question. Pour prévenir de cela, l’in BW nous explique que les conduites sont complètement purgées, des échantillons sont prélevés après la purge pour vérifier qu’il n’y ait pas de trace d’amiante dans l’eau. Cette eau est ensuite évacuée et n’est pas consommée par les habitants.

Depuis la diffusion de l’enquête d’Elisabeth Groutars et de Julien Monfajon, l’in BW a réalisé des prélèvements d’eau dans des communes dont la proportion en amiante-ciment est supérieure à 5% : Genappe, La Hulpe, Lasne, Ottignies et Wavre. Ils ont sélectionné des quartiers où il y avait le plus de risque que de l’amiante soit présente dans l’eau. Aucune trace d’amiante n’a été trouvée dans les douze prélèvements effectués. Outre Wanze, d’autres communes prennent très au sérieux la problématique de l’amiante dans l’eau. C’est notamment le cas de Frasnes-lez-Anvaing et Burdinne qui ont demandé plus de précisions à la SWDE. Le dossier est donc encore loin d’être clos dans de nombreuses communes wallonnes tout comme dans le nord du pays.

Revoir l'enquête complète du 26 janvier 2022

Amiante dans l'eau potable: un danger négligé?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Exposition à l'amiante : la Commission européenne propose une norme dix fois plus sévère

Santé & Bien-être

La ministre flamande de l’Environnement souhaite que le gouvernement fédéral renforce les contrôles sur les chantiers de désamiantage

Belgique

Articles recommandés pour vous