Investissements publics : "On va botter des fesses pour s’assurer que cela avance le plus vite possible" promet Thomas Dermine

Thomas Dermine

© RTF

15 oct. 2021 à 07:22Temps de lecture2 min
Par Alain Lechien

"Le gouvernement belge prend un virage historique en matière d’investissements. Depuis les années 80, les investissements publics se réduisaient, aujourd’hui on peut être fier de dire qu’on prend le pas complètement inverse et on va vers l’objectif du gouvernement d’aller vers 3,5% du PIB d’investissements publics d’ici à 2024" déclare Thomas Dermine (PS), secrétaire d'Etat à la Relance, au micro de La Première. "C’est historique et c’est reconnaître que la transition climatique est une question d’infrastructure avec des leviers collectifs via de l’investissement dans l’énergie, les bâtiments ou la mobilité".

370 millions d’euros seront consacrés à la digitalisation et à la cybersécurité. En matière de justice "grâce à la digitalisation on va pouvoir lisser l’arriéré judiciaire". Un portail sera créé afin que chaque citoyen puisse accéder quotidiennement à ses dossiers.

"On va botter des fesses"

250 millions d’euros seront investis dans le rail, dont 180 millions pour le transport de marchandises. Mais il y a aussi des projets qui bénéficieront aux navetteurs, souligne le secrétaire d'Etat, notamment des investissements dans une série de lignes et pour l’accessibilité des gares. "Ces projets vont aller très vite puisqu’ils sont en grande partie financés par des crédits européens et ils doivent être exécutés au plus tard en 2026. A partir d’aujourd’hui mon cabinet va mener une course pour suivre l’ensemble de ces projets. On va botter des fesses pour s’assurer que cela avance le plus vite possible et dans les délais".


►►► À lire aussi : Accord sur le budget fédéral : marché du travail, fiscalité, énergie…


"Plus d’un milliard d’euros seront consacrés à la rénovation du parc immobilier fédéral : on va rénover à travers tout le pays des palais de justice, des casernes et des bâtiments administratifs. C’est important parce que 20% des émissions sont liées à l’inefficacité énergétique de nos bâtiments", précise-t-il.

"Cafouillage dans la communication"

Thomas Dermine évoque le climat tendu qui a entouré la fin des récentes discussions au sujet du budget fédéral : "Cela fait un peu partie du cafouillage dans la communication en fin de négociations. Il était nécessaire que tous les partenaires se parlent une dernière fois pour s’assurer qu’ils étaient d’accord à la virgule près sur l’accord qu’ils allaient signer, mais je trouve que c’est un gouvernement qui, dans l’ensemble, garde le cap et qui parvient à faire des équilibres. On a eu une année très compliquée avec la gestion du Covid. Grâce à une gestion de cette crise qui a été relativement meilleure que dans d’autres pays européens on peut redémarrer sur des bonnes bases et en investissant massivement. Et on repart avec un équilibre dans un gouvernement qui est fracturé entre sept partis".

Thomas Dermine se réjouit qu’il y ait eu plus de 1000 candidats belges qui ont postulé auprès de l’ESA pour devenir astronaute. "On fait tout ce qu’on peut pour qu’il y ait un – ou idéalement une – astronaute belge dans les prochaines années".

Sur le même sujet

Arnaud Vajda proposé comme président du comité de direction de Belspo

Belgique

Accord sur le budget fédéral : marché du travail, fiscalité, énergie…

Belgique