Inside

Inviter les avocats de Salah Abdeslam sur le plateau du JT : que dit la déontologie ?

Procès des attentats de Bruxelles : Les avocats de Salah Abdeslam sur le plateau du JT

© RTBF

14 déc. 2022 à 15:47Temps de lecture3 min
Par Louise Monaux, médiatrice

Le procès des attentats de Bruxelles a démarré le lundi 5 décembre. La veille, le JT de la RTBF recevait sur son plateau les deux avocats de Salah Abdeslam. Cette séquence vous a fait réagir...

La présence de deux avocats sur un plateau, la veille d’un début de procès, ça marque les esprits. Bien plus qu’une intervention dans un reportage ou qu’une citation dans un article.

Philippe s’est interrogé sur le bien-fondé de cette invitation : "Cette séquence m’a interpellé. Fallait-il inviter les avocats à s’exprimer et à occuper l’espace médiatique ? Il m’apparait que cette prise de parole doit être réservée aux différentes parties du procès dans l’enceinte même du tribunal, les jurés par exemple ont un devoir de réserve total."

Louis, quant à lui, voit surtout dans cette séquence une occasion de victimiser l’accusé. Il ne comprend pas pourquoi, seuls les avocats de la défense ont pu s’exprimer dans le JT de la RTBF.

Pourquoi cette invitation sur le plateau du journal ?

Avec cette invitation, la rédaction a voulu marquer l’importance du procès des attentats de Bruxelles, l’un des plus grands et des plus coûteux de l’histoire judiciaire belge. "On a voulu dans le JT, donner un large écho à cette thématique. Une invitation en plateau, c’est aussi une manière de donner la mesure de ce procès, de l’ampleur qu’il va avoir", explique Sébastien Georis, responsable "Police et Justice" à la rédaction Info.

L’interview des deux avocats de Salah Abdeslam dure six minutes. Ce n’est pas la seule séquence du JT du dimanche 4 décembre consacrée à l’ouverture du procès des attentats de Bruxelles. Le journal démarre avec une "Clé de l’info" (cette séquence dans laquelle un journaliste, ici Laurent Van de Berg, se tient debout sur le plateau et donne des explications, infographies à l’appui) sur l’acte d’accusation. Vient ensuite un reportage sur Oussama Atar, le principal accusé du procès.

L’interview des avocats de Salah Abdeslam termine alors la large part du JT consacrée au procès. Pour la rédaction, elle a une valeur informative car, explique Sébastien Georis, "Le cas d’Abdeslam est vraiment particulier dans ce procès. Il a été considéré comme l’ennemi public numéro 1 après les attentats de Paris. Il était en cavale. Mais au moment des attentats de Bruxelles, il avait déjà été arrêté, donc sa position est vraiment tout-à-fait particulière dans ce procès."

Les avocats peuvent-ils s’exprimer publiquement ?

Comme tous les avocats, ceux de Salah Abdeslam ont le droit de s’exprimer publiquement, en dehors de la salle d'audience, avant, pendant ou après le procès. Ils exercent, tout simplement, le droit à la défense.

Même lors de l’enquête, avocats comme journalistes ne sont pas tenus au secret de l’instruction. On peut lire sur le site de l’Association des journalistes professionnels que "Le principe du secret de l’enquête et de l’instruction ne s’impose qu’aux personnes qui sont acteurs, par leur profession, dans l'enquête ou l'instruction : magistrats, policiers, experts, greffiers… Ni les journalistes, ni les simples particuliers, ni même les avocats ne sont donc concernés par cette obligation légale".

Mais l’avocat comme le journaliste ont leur déontologie. Ce dimanche 4 décembre, sur le plateau du JT, les avocats de Salah Abdeslam n’ont pas répondu à toutes les questions du présentateur Laurent Mathieu. "On ne va pas tout divulguer aujourd’hui", ont-ils précisé à deux reprises. Ils ont agi dans l’intérêt de leur client.

S'ils peuvent s'exprimer publiquement, c'est dans les limites fixées par la loi. Elle précise que les avocats doivent veiller au respect des droits de la défense des inculpés mais aussi à ceux des victimes et des tiers, au respect de la vie privée et de la dignité des personnes.

Quant au journaliste qui pose les questions, il doit lui aussi respecter la loi et la présomption d’innocence. Par sa déontologie, il est tenu à la rigueur et à l’impartialité ; dans son attitude, dans ses questions et réactions.

La RTBF va-t-elle inviter les avocats de l’autre partie sur le plateau du JT ?

La RTBF donne la parole à toutes les parties et les invite à s'exprimer. Pas nécessairement de la même manière stricto sensu. "La veille de la première audience, on a parlé uniquement des accusés. C’est un choix et on l’assume" dit Sébastien Georis mais, il faut aussi regarder l’offre de la RTBF de manière globale. Nous avons consacré dans le magazine Investigation une émission longue et complète aux victimes et aux difficultés qu'elles enduraient dans le suivi administratif, notamment par rapport aux assurances". 
Le lendemain, jour de l’ouverture du procès, le JT ouvrait avec un sujet spécifiquement dédié aux victimes.

Des sujets, des reportages, des interviews, des chroniques et des articles, il y aura d’autres, tout au long de ce long procès, qui devrait durer près de 9 mois. 


Retrouvez les chroniques Inside de la médiation dans l'émission "On n'a pas fini d'en parler" sur Vivacité, tous les vendredis à 17h. 

Sur le même sujet : Extrait (12/12/2022)

Inside : les avocats de Salah Abdeslam au JT de la RTBF

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous