Belgique

Isoler, oui, mais à quel prix ? Entre hausse des matériaux et casse-tête des primes, le calvaire des Wallons face au reste du pays

© Getty

13 sept. 2022 à 04:10 - mise à jour 15 sept. 2022 à 15:52Temps de lecture8 min
Par Xavier Lambert

Cet article a été publié le 13 septembre, et mis à jour le 15 septembre avec plusieurs réactions, notamment celle du Fonds du Logement des familles nombreuses de Wallonie


 

Plafonner les prix, demander une contribution aux producteurs, accorder des reports de paiement : les pistes proposées par nos autorités pour faire face à la crise énergétique sont peu nombreuses et surtout, elles ne vont pas permettre de réduire immédiatement des montants de factures qui ont littéralement explosé. Du coup, leur autre conseil, c’est : consommez moins. Et une des pistes privilégiées dans ce cadre, c’est : isolez.

La plus grosse partie de la consommation énergétique des citoyens dans notre pays est en effet consacrée au chauffage. Avec un prix du gaz qui a décuplé en un an et atteint des sommets, l’effet s’est fait immédiatement fait ressentir dans tous les contrats variables ou les renouvellements. D’où l’idée légitime de réduire cette consommation.

 

Des 4 façades non isolées

Les premiers conseils à cet effet sont puérils : diminuer le thermostat, chaque personne qui a des difficultés financières le faisait déjà. Eteindre quand c’est possible, n’en parlons même pas.

Reste l’incitation légitime à l’isolation. 75% des ménages belges habitent en effet dans une maison "4 façades", et en Wallonie, dans deux tiers de celles-ci, aucun mur n’est isolé.

L’ambition est donc légitime, mais se heurte à plusieurs freins, le premier étant financier. Autant l’investissement est évident dans une nouvelle construction, car rapidement rentabilisé, autant la rénovation est plus compliquée car elle entraîne des coûts en cascade ; et ce, dans un contexte où les matériaux ont fortement augmenté, bien au-delà du niveau de l’inflation.

C’est pour cela que les autorités ont mis en place un système de primes, mais qui se heurte à plusieurs freins:
  • Les systèmes sont parfois peu clairs, et différents selon les régions et les situations ;
  • Le paiement des primes se fait (presque) toujours après la réalisation, sur base de factures, ce qui veut dire que les ménages qui veulent investir dans cette voie doivent avoir les reins assez solides pour investir ou obtenir un prêt à des conditions acceptables ;
  • La hausse du coût des matériaux, notamment d’isolation, vient ruiner l’avantage que les citoyens pouvaient espérer des primes ;
  • En Wallonie, le système est tellement complexe, et l’investissement tellement important que beaucoup de citoyens qui y ont droit renoncent à ce possible avantage.
Loading...

A quelles primes avez-vous droit ?

Les primes varient selon chaque région mais un principe reste constant : il s’agit généralement d’un remboursement sur base de factures, pas de réductions, ou d’avances.

En Flandre

Plusieurs systèmes coexistaient jusqu’ici : les primes dites Fluvius, d’économie d’énergie (toit, mur, sol, fenêtres, chauffe-eau solaire, pompe à chaleur et chaudière avec pompe à chaleur) et la prime de rénovation de Wonen-Vlaanderen (dédiée aux travaux de rénovation des éléments structurels de l’habitation, le toit, les menuiseries extérieures et les installations techniques).

A partir du 1er octobre, elles sont fusionnées en une seule prime qui peut être demandée via un guichet numérique. Objectif déclaré : faciliter les démarches et l’octroi de ces primes. Un simulateur vous calcule même les primes en fonction de vos données.

Toute personne qui investit dans une maison existante, un appartement, un immeuble à appartements ou un bâtiment non résidentiel (par exemple un bâtiment commercial ou un immeuble de bureaux), pourra désormais demander une aide financière pour des investissements dans l’efficacité énergétique (tels que l’isolation du toit, l’isolation des murs, etc. ) en fonction de la cible à laquelle il appartient (isolation des sols, vitrages performants, chauffe-eau solaire, pompe à chaleur, chaudière pompe à chaleur et chaudière gaz à condensation) et des investissements dans la qualité de l’habitat (électricité et sanitaire, aménagement intérieur rénovation, fenêtres et portes).

Gros avantage, vous pouvez demander la prime pour une maison ou un appartement ou un bâtiment non résidentiel que vous n’occupez pas vous-même, mais dans lequel vous investissez, même si vous n’êtes pas le propriétaire de ce bâtiment. Les personnes morales, y compris les associations de copropriétaires, peuvent donc également demander la prime.

La condition : que vos travaux améliorent la performance énergétique du bâtiment.

A Bruxelles

Le système est assez similaire à la Flandre. Depuis 2022, les différents types de primes ont été fusionnés. Là aussi, un certain nombre de primes sont accessibles tant aux occupants, locataires, syndics qu’aux propriétaires.

45 types de primes en tout sont disponibles tant pour des travaux de rénovation (refaire une installation sanitaire par exemple) que des travaux économiseurs d’énergie (isolation, changement de châssis, etc.). Lorsque vous effectuez une rénovation, vous pouvez soumettre une seule demande groupée pour toutes les primes auxquelles vous avez droit.

Les types de travaux et les montants sont disponibles sur cette page. Le montant de cette prime est exprimé selon les cas en pourcentage de la facture ou en montant fixe par métrage (isolation). Il dépend du type de travaux et de la catégorie de revenus du demandeur.

Tout le détail est ICI

En Wallonie, le parcours du combattant

En Wallonie, un budget primes de rénovation et isolation existe aussi, mais il est sous-utilisé car le système était assez contraignant :

  • Avant toute demande de prime, il fallait y réaliser un audit énergétique, et que les travaux envisagés soient considérés comme prioritaires par l’auditeur par rapport aux autres à prévoir. Un frein pour beaucoup, qu’on a voulu rogner.
  • Les travaux devaient absolument être réalisés par un entrepreneur agréé. Là aussi ça freinait certains ménages pour certains travaux "faciles" (isolation du toit, par exemple).
  • Les primes ne pouvaient être demandées que par le propriétaire.

C’est pourquoi la région wallonne a instauré un système simplifié depuis le 1er septembre, où l’on peut introduire une demande de primes pour une série de travaux listés sur le site de la Région wallonne :

  • Isolation de toiture (par entrepreneur ou par le demandeur)

  • Remplacement de couverture de toiture, charpente et dispositifs d’eau pluviale

  • Remplacement de menuiseries extérieures (fenêtres et portes)

  • Murs : travaux pour résoudre des problèmes d’infiltration, d’humidité ascensionnelle et de stabilité

  • Sols : travaux pour résoudre des problèmes de stabilité

  • Pompe à chaleur pour l’eau chaude sanitaire

  • Ventilation hygiénique simple flux, centralisée ou décentralisée

  • Ventilation hygiénique double flux

  • Installation de chauffage : isolation de conduites, isolation de ballon de stockage, placement de circulateur à vitesse variable, placement de vannes thermostatiques, placement de thermostat

  • Installation d’eau chaude sanitaire : isolation de conduites, isolation de ballon de stockage, isolation d’un échangeur externe, placement d’un ballon de stockage

  • Travaux pour résoudre des problèmes de salubrité : défaut de l’installation électrique/gaz, éclairage naturel ou ventilation insuffisante, problèmes liés à la hauteur sous plafond, le risque de chute, constatation de mérule ou radon, etc.

Le montant de la prime selon le type de travaux est détaillé dans ce documentLe montant de base de la prime peut être multiplié par 1, 2, 3, 4 ou 6 en fonction de vos revenus et de la composition de votre ménage. Mais toujours avec un maximum de 80% de la facture.

Pour certains travaux, la visite d’un estimateur est nécessaire. Pour les autres, vous pouvez les réaliser vous-même (dans certains cas) ou via un entrepreneur, puis introduire votre demande de prime dans les 4 mois après la dernière facture. Les formulaires de demande se trouvent ICI, sur le site de la région wallonne.

 

 

Des avantages mais un GROS inconvénient

Le nouveau mécanisme d’aide simplifiée est complémentaire au système des primes Habitations, qui subsiste, avec trois apports importants :

  • Il n’est plus nécessaire de devoir effectuer un audit énergétique préalable
  • Les demandeurs pourront également réaliser certains travaux eux-mêmes, sans passer par des professionnels.
  • La prime est accessible aux citoyens ainsi qu’aux associations de copropriétaires,

Mais il y a par contre une (grosse) limite : les travaux ne doivent pas coûter plus de 3000 euros. Or, la hausse des prix des isolants est un gros frein pour les citoyens. "C’est incroyable, nous confiait un professionnel, le prix d’une simple laine de roche est passé à quasiment 50 euros du mètre carré, c’est plus du double en un an ! Pour l’instant, je propose du matériel d’occasion à mes clients sinon ils vont tomber morts en voyant le devis !"

Selon ce même professionnel, la complexité et les obligations liées au système des primes habitat freinaient tout autant. Les Wallons se trouvent donc devant une double impasse : un système étendu, avec de nombreuses primes, mais où l’investissement doit être très important, les démarches longues et compliquées, et un autre, simplifié, mais où le montant maximum bloque la plupart des demandes. Bref, on les inciterait à investir pour consommer moins mais sans vraiment les y aider…

Un auditeur énergétique nous a contactés pour insister sur le fait que ces apparentes difficultés ne doivent pas décourager le candidat aux travaux: l'auditeur énergétique est là pour conseiller et discuter des travaux envisageables avec lui, selon ses moyens.

Des prêts 0%

Signalons que des prêts à 0% peuvent être obtenus pour ce type de travaux, via la Société wallonne du crédit social (si vous avez maximum 2 enfants à charge) ou le Fonds du Logement des Familles nombreuses (au moins 3 enfants à charge).

Mais les délais chez ce dernier organisme sont annoncés comme très longs selon plusieurs de nos témoins. Une assertion que dément le Fonds, qui met en avant l’expérience d’accompagnement des ménages qui sollicitent un crédit pour financer leur projet de rénovation: le Fonds évite en effet aux emprunteurs de devoir se charger d’introduire leur demande de prime à l’Administration, puisqu'il s’en charge pour eux.

A ce jour et depuis le début de l’année, le Fonds a accordé 919 crédits rénovation à 0% pour un montant global de 21.207.171 EUR, met-il en avant. Sur ces 919 crédits, 7 ont été accordés à des associations de copropriétaires, touchant ainsi 326 logements. Le Fonds est en effet le seul organisme de crédit social à proposer des crédits aux associations de copropriétaires.

 "Le Fonds du Logement s’est organisé pour répondre dans les délais les plus courts aux demandes, lesquelles sont en croissance pour le moment. Il propose un nouveau site web didactique et fonctionnel avec possibilité d’introduire en ligne les demandes de crédits pour travaux ; un call-center étoffé pour répondre aux nombreuses sollicitations du public ; un espace personnel en ligne permettant aux demandeurs de consulter l’avancée de leur dossier… La longue liste des services offerts est aisément vérifiable. Le Fonds multiplie ainsi les outils destinés à limiter tant que possible les délais de traitement de tous les types de dossiers.

Dès l’ouverture, les citoyens connaissent la liste des documents nécessaires et s’ils nous les communiquent rapidement, nous sommes en mesure d’assurer un service rapide. En plein crise énergétique, le délai d’ouverture des dossiers de crédits pour travaux au Fonds se monte à 10 jours. Qui dit mieux ?"

Sur le même sujet

Primes à l’isolation, primes à la rénovation: les régions encouragent les propriétaires à économiser l’énergie

Belgique

"Passoires énergétiques" : geler l'indexation des logements moins bien isolés, Bruxelles et Wallonie y pensent, la Flandre l'a fait

Belgique

Articles recommandés pour vous