RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde

Israël : plus de 150 Palestiniens blessés dans les heurts sur l'Esplanade des Mosquées

15 avr. 2022 à 04:58 - mise à jour 15 avr. 2022 à 12:41Temps de lecture2 min
Par Belga

Des affrontements entre manifestants palestiniens et policiers israéliens sur l'Esplanade des Mosquées à Jérusalem, les premiers sur place depuis le début du ramadan, ont fait plus de 150 blessés vendredi sur fond de crainte d'un embrasement dans les Territoires palestiniens occupés.

Selon un nouveau bilan, "153 blessés palestiniens ont été transférés" dans des hôpitaux de Jérusalem et des "dizaines" d'autres ont été traités sur le site, a indiqué le Croissant-Rouge palestinien à propos de ces violences dans la Vieille Ville de Jérusalem, située dans un secteur occupé depuis 1967 par Israël.

De son côté, la police israélienne a fait état d'au moins trois blessés dans ses rangs lors des heurts. Et environ 400 personnes ont été arrêtées, selon le Club des prisonniers palestiniens, une ONG de défense des détenus. 

Troisième lieu saint de l'islam, l'Esplanade des Mosquées --nommée aussi Mont du Temple par les juifs-- est située dans la Vieille Ville à Jérusalem-Est, théâtre de nombreux affrontements violents entre policiers israéliens et manifestants palestiniens.

Tôt vendredi, des témoins avaient fait état de jets de pierre lancés par des Palestiniens et de tirs de balle en caoutchouc et de grenades assourdissantes de la part de policiers israéliens.

Vers 4H00 du matin, "des dizaines de jeunes émeutiers masqués", certains s'affichant avec des drapeaux du mouvement islamiste armé Hamas, ont fait une "procession" sur l'Esplanade des Mosquées, et lancé des pierres en direction du Mur des Lamentations adjacent, plus important lieu de prière de la tradition juive, a indiqué la police israélienne disant être intervenue pour "rétablir l'ordre".

De son côté, Omar al-Kiswani, directeur de la mosquée al-Aqsa, située sur l'esplanade, a fait état d'un deuxième incident survenu le matin impliquant une intervention de la police israélienne à l'intérieur même de ce lieu culte. "L'occupation (nom donné à Israël par des Palestiniens) sait que la mosquée al-Aqsa est une ligne rouge à ne pas franchir", a-t-il déclaré à l'AFP.

Le médiateur de l'ONU pour le Proche-Orient, Tor Wennesland, s'est dit "fortement préoccupé" par la "détérioration" de la sécurité à Jérusalem, appelant "à une désescalade immédiate" afin "d'éviter de nouvelles provocations par des radicaux".

Sur le même sujet

Jérusalem : la justice maintient l’interdiction de prières juives sur l’esplanade des Mosquées

Monde

Articles recommandés pour vous