RTBFPasser au contenu
Rechercher

L'info culturelle

Jacques Charlier, Balade en absurdie, au Durbuy History & Art Museum

Jacques Charlier

Jacques Charlier, l’insaisissable, présente une grande exposition dans la plus petite ville du monde. Il occupe magistralement les cimaises du Musée d’Art et d’Histoire de Durbuy. Il montre une remarquable série de toiles exécutées pendant la pandémie de Covid-19. Un journal peint confinatoire est suspendu dans les airs entre plancher et charpente de bois de la vieille Halle aux Blés transformée en musée. Une vingtaine de tableaux se répand infectueusement dans l’espace. Les peintures encadrées, confinées dans leur châssis, respirent sous le masque de l’absurde un air vicié.

Le choc des images et le poids des mots

Un homme fait un Grand saut au-dessus d’un précipice. Il manque de tomber dans le vide. Il saute d’une année à la suivante en se déplaçant de droite à gauche. Les années passent comme à reculons sous l’aire Covid. Un artiste funambule est en équilibre sur le fil d’un temps arrêté. Il se pose immobile entre 2021 et 2020. Les chauves-souris envahissent le ciel telle une nuée de vampires. Un clown effrayant ou est-ce le terrible Joker personnifie un variant du virus. Enfin, une femme nue vue de dos observe des rayons de soleil qui percent à travers les nuages. Appuyée contre le rideau de scène, elle assiste à une apparition virtuelle. Fresh Air écrit sur la toile est un vœu pieux qui rafraîchit le souvenir d’un passé insouciant. D’autres mots associés aux images plombent le regard : Wuhan, The last, The flat earth’s end ou l’avertissement ultime : Planque-toi la vie n’arrive qu’une fois. Les couleurs vives et le trait énergique de Jacques Charlier parviennent à insuffler l’idée de la vie avant tout.

Jacques Charlier, 2020-Grand saut
Jacques Charlier, 2020-Planque toi
Jacques Charlier, 2020-Wuhan
Charlier, 1988, Peinture de guerre, extrait
Charlier, 1974 - L'idée
+4

Le Rémy Bricka'rt de la pensée

L’exposition rassemble des pièces emblématiques de différentes périodes de l’œuvre foisonnante de Charlier. Le peintre qui se réinvente sans cesse change de style comme de masque en paraphrasant par exemple le cubisme ou l’abstraction. Il choisit le médium le plus apte à servir l’idée qu’il traduit en image. Jacques Charlier est un génial Rémy Bricka’rt de la pensée. Un conceptuel à la portée de toutes les têtes !

Balade en absurdie, présentée au DHAM, est une exposition à l’accrochage subtil qui fait oublier l’architecture prégnante de la Halle aux Blés. Dans ce livre de pierre du 16e siècle, Kevin Hazard, le directeur du musée, met adéquatement en page l’œuvre référencée de Jacques Charlier. Une belle manifestation d’été à vivre jusqu’au 31 juillet.

Jacques Charlier au micro de Pascal Goffaux.

Jacques Charlier, Balade en absurdie, au Durbuy History & Art Museum

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous