Cinéma - Interviews

Jamel Debbouze revient dans "Le nouveau jouet" : "J'ai le même âge que mes enfants!"

17 oct. 2022 à 07:01Temps de lecture3 min
Par D. V. Ossel sur la base d'une interview menée par Thomas Gadisseux et François Heureux

"L’argent ne fait pas le bonheur, non, c’est l’amour qui fait le bonheur !”, s’exclame tout simplement Jamel Debbouze au micro de La Première. Quatre ans après sa dernière apparition, l’acteur français est de retour dans "Le nouveau jouet", remake du "Jouet", avec Pierre Richard.

Il y incarne un gardien de nuit qui est embauché pour servir de distraction à un fils de PDG, interprété par Daniel Auteuil. Pour 3208€, il se fait emballer dans un paquet-cadeau, et il gagne ensuite 2000€ par jour. Il va lui-même être papa et il a besoin d’argent. Politique sans en avoir l’air, le film critique à la fois le pouvoir excessif de l’argent et la cruauté d’un pouvoir aux mains des ultra-riches.

Est-ce qu’on peut tout acheter ?

Jamel Debbouze a voulu faire ce film à la fois pour la madeleine de Proust qu’il représente, et pour le message qu’il porte : "Est-ce qu’on peut tout acheter ? Est-ce qu’on peut acheter un être humain et en faire ce qu’on veut parce qu’on a tous les pouvoirs ?"

Le personnage dit tout de suite qu’il ne veut pas se faire empaqueter, et pourtant il finira par le faire. "Tout dépend de là où on se place, si on en a cruellement besoin. Il attend un enfant, il n’a plus d’argent, il n’a plus de job. Sa femme lui met la pression parce qu’elle est enceinte de 8 mois. Il doit payer son loyer, remplir son frigo et puis acheter des habits neufs à son bébé. Quand on a des dettes, on ment, on cache, je sais pour l’avoir un peu vécu. On devient quelqu’un d’autre, on ne s’aime plus quand on a des dettes."

Quand on a des dettes, on ment, on cache, je sais pour l’avoir un peu vécu.

Pour l’acteur, ce remake résonne avec la crise actuelle : "Évidemment, il résonne avec la crise. Moi, j’ai le sentiment de n’avoir grandi avec rien d’autre qu’avec la crise. Je suis un enfant de la crise, je suis né en 75 et je n’ai entendu que ça ! Quand ce n’était pas la crise pétrolière, c’était une autre. Aujourd’hui, évidemment, elle est plus béante, peut-être. Elle existe toujours, cette fracture et les gens tentent de faire avec."

J’ai le sentiment de n’avoir grandi avec rien d’autre qu’avec la crise.

La question des inégalités est très présente dans le film. Jamel Debbouze a lui-même mené un combat pour réduire ces inégalités, grâce à l’humour, notamment. Et il a l’impression que les choses ont progressé. "J’ai amené ma contribution. D’une certaine manière, j’ai fait le colibri. J’ai amené le Comedy club et j’ai pu ouvrir la voie à certaines personnes qui n’y pensaient même pas. J’ai pu donner le micro à des gamins qui avaient des choses à dire et qui ont ensuite fait une carrière extraordinaire. Avec le Marrakech du rire, on voit des gamins devenir des artistes, remplir des Zénith le lendemain. Ça crée véritablement des richesses. Alors, de là où je suis, oui, j’ai vu les choses progresser et j’en suis très fier. Pas partout, c’est évident. On ne peut pas régler tous les problèmes, mais d’une manière générale, j’ai le sentiment que, même si c’est infime, ça progresse."

Avec le Marrakech du rire, on voit des gamins devenir des artistes, remplir des Zénith le lendemain. Ça crée véritablement des richesses.

Aujourd’hui l’acteur milite pour imposer l’improvisation dans les écoles. "C’est un outil extraordinaire pour te donner confiance en toi. Ça nous permet de chercher du travail, d’en trouver, de séduire que quelqu’un, de s’aimer ! Moi, grâce à l’improvisation théâtrale, j’ai pu me faire applaudir et ça, je vous assure que c’est mieux que n’importe quel diplôme."

Grâce à l’improvisation théâtrale, j’ai pu me faire applaudir, c’est mieux que n’importe quel diplôme.

Jamel Debbouze se confie aussi sur son rôle de père. Le personnage qu’il incarne panique à l’idée de le devenir. "Ce qui est dur, c’est d’être mère quand tu as un mari comme moi, parce que j’ai le même âge que mes enfants !"

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous