Icône représentant un article video.

Cyclisme

Jan Bakelants, submergé par l’émotion à l’interview : "Il faut toujours continuer à y croire"

Jan Bakelants : "Il faut toujours continuer à y croire"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

27 juil. 2022 à 16:49Temps de lecture12 min
Par Alice Devilez

Jan Bakelants a remporté ce mercredi le septième succès de sa carrière à Chapelle-lez-Herlaimont à l’occasion de la cinquième étape de l’Ethias Tour de Wallonie. Une précieuse victoire qui a particulièrement ému le coureur belge, qui avait même du mal à parler au micro de Christophe Delstanches à l’interview d’après-course.

Après avoir séché les larmes sur son visage Jan réagit : "J’ai eu tellement de pression, rhô ça fait du bien !" avant de se remettre à pleurer.

La victoire de Bakelants rappelle son magnifique succès sur les routes du Tour de France en 2013 à Ajaccio, toutes proportions gardées, et après Ajaccio le coureur a connu une longue période très compliquée. Il peine de nouveau à retenir ses larmes à cette évocation. "Tant de choses se sont passées. Je n’ai pas eu de réussite ces dernières années. J’ai dû beaucoup me débrouiller par moi-même, j’ai encore connu beaucoup de malchance cette semaine, je n’étais pas prêt ni où je voulais être avec la chaleur. Je ne développais pas les Watts nécessaires pour être avec les meilleurs, même si je savais que j’en étais capable."

Bakelants s’est senti pousser des ailes dans une journée pourtant compliquée : "Aujourd’hui, j’avais de super jambes vous ne pouvez pas imaginer. Je pouvais tout faire, j’ai abordé chaque zone pavée en premier, et puis dans le final j’ai encore eu un souci de chaîne quand Vanmarcke a accéléré. J’étais loin j’étais lâché. Je n’y croyais pas mais je suis revenu. Après on est revenu et je savais qu’il y avait une petite bosse qui me convenait. Je suis parti à 150%, j’avais un petit écart et je devais la jouer comme à Ajaccio, je n’ai plus pensé à rien. Une fois que j’ai franchi la ligne, toute l’émotion et la rage des dernières années sont ressorties. J’ai pensé à ma famille. Ils étaient tous là, mes trois enfants. Hier encore je n’ai pas pu leur donner ce qu’ils espéraient. Et aujourd’hui…" L’émotion reprend le dessus pour empêcher Bakelants de terminer sa phrase dans une interview particulièrement touchante.

Ils étaient très nombreux les coureurs à venir féliciter Bakelants sur la ligne d’arrivée : "C’est aussi pour les coureurs un peu plus âgés, il faut toujours continuer à y croire. Même si à un moment on était peut-être que cinq à y croire avec ma famille, alors gagner comme ça c’est fantastique. Ce n’est pas la plus belle parce que rien ne peut dépasser Ajaccio, le Tour de France. J’étais très déçu que l’équipe ne m’y emmène pas et là c’est ma réponse avec les pédales et ça fait du bien."

Tour de Wallonie : étape 5, le résumé

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

2ème étape : Bastia > Ajaccio : Victoire Jan Bakelants

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous