Scène - Accueil

Jan Goossens, dramaturge bruxellois attaché aux liens culturels nord-sud

© BELGA PHOTO DIDIER DE HOE

11 oct. 2022 à 08:28Temps de lecture2 min
Par Belga

Le dramaturge bruxellois Jan Goossens dirigeait le festival d’art Dream City, organisé la semaine dernière dans la capitale tunisienne, a constaté vendredi l’agence Belga à Tunis.

Jan Goossens y officiait, jusqu’au dimanche 9 octobre, en tant que codirecteur artistique. "C’est un engagement que je combine depuis plusieurs années avec mes responsabilités au théâtre flamand de Bruxelles (KVS), au festival de Marseille et, aujourd’hui aussi, à la candidature de Bruxelles 2030", explique-t-il à l’agence Belga.

Sa participation au festival tunisois est née d’une rencontre avec les responsables de l’association "L’Art Rue", laquelle vise à démocratiser l’art contemporain en amenant des créations artistiques à la portée des populations.

"Cette structure a donné naissance à Dream City, créé par les artistes chorégraphes tunisiens Selma et Sofiane Ouissi, qui ont été programmés au KVS à Bruxelles par Frie Leysen, la fondatrice du Kunstenfestivaldesarts. Nous avons tissé des liens et ils m’ont invité à m’inscrire, dès 2014, dans les préparatifs de leur festival", ajoute Jan Goossens.

Depuis, ici à Tunis, j’ai l’impression de pouvoir m’épanouir artistiquement, comme nulle part ailleurs.

Très attaché aux liens culturels entre le nord et le sud, et plus généralement entre tous les peuples, Jan Goossens estime primordial de les renforcer.

"L’urgence et les besoins de travailler les traits d’union restent d’une grande actualité", poursuit le directeur artistique. "Au KVS, je pense que nous avons réussi à créer beaucoup de traits d’union à l’intérieur de Bruxelles, puis entre Bruxelles et Kinshasa. Le festival de Marseille a également contribué à établir d’autres liens entre les deux rives de la Méditerranée, et bien au-delà. Il est urgent de pouvoir continuer à investir dans cette même démarche, maintenant à partir de Tunis, et en restant ancrés à Bruxelles. Bruxelles dispose d’un potentiel énorme, mais elle reste une ville fragmentée qui doit mieux fédérer ses différents îlots."

Il faut continuer à travailler sur un "nous" bruxellois qui émerge, qui s’installe. C’est le cœur de l’engagement de Bruxelles 2030.

"Dans ce sens, le travail mené à Bruxelles est aussi lié à celui réalisé ici. Dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, Tunis reste probablement la seule ville dans laquelle il est possible de rassembler des artistes du monde arabe dans son entièreté. Elle doit pouvoir constituer une plateforme dans laquelle les artistes peuvent créer et partager leurs créations avec un public local, régional et international", conclut Jan Goossens.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous