Red Flames

Janice Cayman, l'espionne des Flames pour tenter de battre la France : "on va faire un bon point tactique sur les joueuses que je connais"

Les Red Flames ont partagé l’enjeu face à l’Islande pour leur premier match à l’Euro 2022. Un résultat qui ne satisfait qu’à moitié Janice Cayman comme elle l’a expliqué à Erik Libois : "Je pense que contente est un grand mot mais ça pouvait aller des deux côtés donc on doit se satisfaire avec le match nul. On a concédé le but mais je pense que Nicky nous sauve sur le penalty. Ça nous a boosté d’aller encore plus vers l’avant et c’est comme ça qu’on a obtenu le penalty. Je pense qu’on ne doit pas être trop déçues. On a un point, c’est un tournoi et il nous reste des matchs. Ce sera à nous d’aller vers l’avant".

Et pour la numéro 11, ce n’est pas forcément le stress qui a empêché les Red Flames de bien rentrer dans leur rencontre : "Je ne pense pas qu’on avait du mal à se libérer mais l’Islande était bien en place. Au début on était un peu trop statique offensivement. En deuxième mi-temps c’était un peu mieux. On en a parlé après le match. Il faisait chaud aujourd’hui mais ça ne peut pas être une excuse".

Pour la suite du tournoi, Cayman voit quelques points que les Flames pourraient améliorer : "Il faut garder un peu plus le ballon quand on l’a, aller un peu plus vers l’avant et obtenir des occasions".

Jeudi, c’est la France qui se dressera devant les Belges. Une mission pas forcément impossible pour la Belgique : "On va tout donner pour se donner une chance. Je pense que ça va être dur mais on va tout donner".

Une rencontre qui sera spéciale pour Janice Cayman qui évolue à Lyon. Il n’y a pas encore eu de chambrage mais ça risque de vite changer : "Pas encore. Wendy Renard m’a envoyé un message pour m’encourager aujourd’hui, j’ai fait pareil. Je pense que ce sera différent au prochain match".

Et Janice Cayman pourrait être un atout pour la tactique d’Ives Serneels, elle qui joue avec ou contre beaucoup de joueuses des Bleues : "Je pense qu’on va faire un bon point tactique sur les joueuses que je connais. On verra. On se met toutes ensemble et on va tout donner".

Les Belges ne savent cependant pas encore quel sera le plan pour essayer de faire tomber l’ogre français : "Je ne sais pas encore. On était concentré sur l’Islande donc on n’a pas encore parlé de la France mais on va essayer de trouver des failles. Je ne vais pas en parler sinon ce sera trop facile pour la France".

Une rencontre un peu spéciale pour Cayman mais qui ne veut pas se laisser submerger par le contexte émotionnel : "Je vais le prendre comme un autre match. On est à l’Euro et on est là pour aller au prochain tour et si on doit gagner ou faire un nul contre la France, on va tout donner pour le faire".

Et pour battre la France, les Flames espèrent qu’elles auront le même soutien dans les tribunes que face à l’Islande : "C’était super. Ils étaient nombreux et à fond derrière nous. Ça fait chaud au cœur et j’espère que ce sera pareil pour le prochain match".

Sur le même sujet

Récupération et visite des familles au lendemain du premier match pour les Flames

Red Flames

Articles recommandés pour vous