RTBFPasser au contenu
Rechercher

Sur un air de cinéma

Jean Gabin en dialogues et en musiques

Jean Gabin
25 mars 2022 à 14:28Temps de lecture1 min
Par Pascal Vanlerberghe

À l’occasion de l’exposition rétrospective "Jean Gabin" au Musée des années 30-Espace Landowski, à Boulogne -Billancourt, Pascale Vanlerberghe vous propose une émission Sur un air de cinéma dédiée à ce comédien hors pair qui aura vu défiler la crème des réalisateurs du cinéma français depuis les années’30 jusqu’aux années’70.

Jean Gabin Alexis Moncorgé, dit Jean Gabin, est un acteur français, né le 17 mai 1904 dans le 9e arrondissement de Paris et mort le 15 novembre 1976 à Neuilly-sur-Seine.

Sa filmographie, de 95 films, compte d’importants classiques, parmi lesquels Gueule d’amour, La Bête humaine, Pépé le Moko, Le Quai des brumes, La Grande Illusion, Un singe en hiver, Le Chat, Le Pacha ou La Traversée de Paris. Il tourne avec la plupart des grands acteurs de l’époque dont certains, comme Fernandel, Lino Ventura, Bernard Blier, Jean-Paul Belmondo, ou Alain Delon, sont ses amis.

Il a remporté trois fois le prix d’interprétation masculine de la Mostra de Venise, en 1951 pour La nuit est mon royaume et en 1954 pour L’Air de Paris et Touchez pas au grisbi, ainsi que deux fois l’Ours d’argent du meilleur acteur à la Berlinale, en 1959 pour Archimède le clochard, et en 1971 pour Le Chat.

Sur un air de cinéma ne pouvait que l’honorer, avec une émission riche en dialogues – impossible de passer à côté – et en bandes-son signées Michel Magne, Serge Gainsbourg, Michel Colombier, Francis Lemarque ou Georges Garvarentz.

Gabin, c’est le cinéma français avec des réalisateurs tels Anatole Litvak, Marc Allégret, Georg Wilhem Pabst, Marcel Carné, Julien Duvivier, Jean Renoir, Gilles Grangier, Jean Delannoy, Max Ophuls, Sacha Guitry, ou encore Jacques Becker. Son dernier film étant en 1976, "L’année Sainte" de Jean Girault.

Et avec Fernandel, Louis de Funès et Bourvil, Jean Gabin fait partie des acteurs français ayant attiré le plus grand nombre de spectateurs dans les salles de cinéma.

Un hasard ? Certes non ! Quand on a une présence telle face caméra, elle ne peut que s’emparer de vous avec ou sans cheveux blancs.

Sur le même sujet

La grande illusion ou 85 ans de fraternité

Cinéma

"La Bête humaine", le classique français indémodable avec Jean Gabin

La Trois

Articles recommandés pour vous