Viva +

Jean-Jacques Goldman ou la discrétion d'un artiste prolifique

© GettyImages

Le 11 décembre 1985, Jean-Louis Sbille reçoit sur le plateau de l’émission musicale, " Cargo de nuit ", l’auteur, compositeur et interprète français, Jean-Jacques Goldman. Armé de sa guitare, l’artiste qui a écrit l’hymne des restos du cœur à la demande de Coluche, répond aux questions de l’animateur. Des questions qui l’amènent à raconter ses débuts dans la chanson et ses influences " Mai 68 ". En 68 J.J Goldman n’était encore qu’un adolescent.

Envie de plus d’archives : www.auvio.be/sonuma

Jean-Jacques Goldman est plus que jamais au cœur de l’actualité musicale en ce moment avec la tournée des Enfoirés. C’est lui, en effet qui a écrit l’hymne des restos du cœur, la petite idée de Coluche qui n’était pas censée durer. Jean-Jacques Goldman, l’artiste discret mais prolifique est né à Paris le 11 octobre 1951. Ses parents, des immigrés juifs polonais, installés à la fin de la deuxième guerre mondiale dans la banlieue parisienne ont donné naissance à 4 enfants. J.J est le troisième élément de la fratrie. Excellent élève, il réussit son bac avec brio et entame des études commerciales et obtient son diplôme avec le même succès. Doué également pour le violon et la guitare, adolescent, il rejoint deux formations : " The red Montain Gospellers " avec la paroisse de Montrouge, son patelin et ensuite avec les " Phallansters ". Ses activités musicales s’interrompent le temps de son service militaire. Ensuite, contre toute attente, Jean-Jacques Goldman décide de reprendre le magasin de sports de la famille. Une activité prenante qui, certes, lui assure une sécurité d’emploi mais qui ne lui fait pas oublier pour autant sa passion pour la musique. Ainsi, il participe à la formation " Taï-Phong ", groupe de rock progressif fondé en 1972 par deux frères vietnamiens, Khanh Maï et Taï Sinh et à qui l’on doit le tube " Sister Jane ". Entre 1975 et 1980, JJ Goldman et Thaï-Phong enregistrent quatre albums en Anglais mais Goldman ne participe pas aux tournées. Marié avec  Catherine, il n’a aucune envie de perturber le quotidien de sa femme et de ses enfants. Et il faut bien gérer la boutique.

Seul sur scène

Après la dissolution de Thaï-Phong, Jean-Jacques Goldman décide de se lancer en solo. Après ses premiers pas de solitaire très probants, il est vite sollicité par les éditeurs qui lui reconnaissent un talent d’écriture. C’est le producteur, Marc Lumbroso qui lui offre son premier contrat. Jean-Jacques Goldman sort en 1981 un album éponyme dont le premier extrait, " Il suffira d’un signe " s’écoule à 500000 exemplaires. L’année suivante, rassuré par tant de succès, il s’adonne à la musique à temps plein. Jean-Jacques devient déjà l’un des chanteurs français les plus populaires. En 1983, il signe de nouveaux tubes, " Comme toi " puis " Au bout de mes rêves ". Son troisième opus " Positif " avec " Encore un matin " et " Envole-moi " s’arrache dans les bacs. L’artiste reste pourtant discret. Il n’est pas adepte du star-system et n’apparaît pas beaucoup dans les médias. Ce qui lui donne plus de temps pour le travail. Jean-Jacques Goldman est en effet un auteur et un compositeur prolifique. En 1985, il écrit l’hymne des Restos du cœur. Cette année-là, arrive aussi " Non-homologué " avec le fameux duo Goldman Jones pour " Je te donne ". En 1986, alors qu’il écrit l’album " Gang " pour Johnny Hallyday, il obtient la Victoire de la musique du chanteur de l’année. 1987, JJ Goldman sort " Elle a fait un bébé toute seule " puis l’opus " Entre Gris Clair et Gris Foncé " sur lequel on retrouve le duo Goldman et la jeune Srilankaise, Sirima, chanteuse qu’il a rencontrée dans le métro. En 1988, c’est l’année d’une grande tournée en France et en Afrique. Phénoménal !

Retour aux sources

En 1990, Jean-Jacques Goldman revient à ses premières amours, les formations. Il en a un peu assez des solos même si ils font recette. Il va alors écrire pour les autres et surtout reformer un groupe. Ainsi naît le trio " Fredericks, Goldman, Jones " avec qui il enregistre un album éponyme et l’opus " Rouge " avec le concours des chœurs de l’armée rouge. En parallèle, il écrit pour Patricia Kaas, Khaled, Johnny Hallyday, Marc Lavoine. 1995 est l’année de la première collaboration avec Céline Dion. L’album " D’eux " produit un véritable cataclysme dans la chanson française et sur le plan international au point que les deux artistes décident de remettre le couvert avec " S’il suffisait ". Un an plus tard, Goldman sort un album qui reprend toutes les influences musicales qu’il a croisées au cours de sa déjà longue carrière. L’opus " Chansons pour les pieds " comporte un mélange de musique celtique, de disco, de rock. En juin 2003, place à l’album " Un tour ensemble " enregistré lors de sa tournée 2002. Ensuite, l’artiste se fait plus discret. Il décide de prendre un peu plus de recul pour s’occuper davantage de sa famille. Séparé de son épouse Catherine avec qui il a eu trois enfants, Jean-Jacques Goldman se remarie avec Nathalie qui lui donne aussi trois enfants. En 2012, Son fils Michael à la tête de la plateforme de financement participatif , My Major Company, lance le projet " Génération Goldman ", album hommage à son père et à son travail  sur lequel les artistes nouvelle génération comme M’Pokora ou Amel Bent reprennent ses plus grands hits. Jean-Jacques Goldman, avec plus de 30 millions d’albums et de singles vendus en France est la personnalité préférée des Français dans le sondage mené par l’Institut français d’opinion publique.

Inscrivez-vous à la newsletter Vivacité!

Chaque vendredi matin, retrouvez toutes les infos de la chaîne radio proche de vous, avec les invités, les concours, les événements et l’actualité de vos animateurs.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous