RTBFPasser au contenu
Rechercher

Politique

Jean-Marc Nollet (Ecolo) sur le baromètre Covid : "Nous ne pouvons pas accepter ce qui est mis sur la table"

L'invité de Matin Première : Jean-Marc Nollet

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

21 janv. 2022 à 07:16 - mise à jour 21 janv. 2022 à 07:38Temps de lecture3 min
Par Ambroise Carton sur la base d'une interview menée par Danielle Welter et François Heureux

Jean-Marc Nollet était ce vendredi l’invité de Matin Première. En cette journée de Comité de Concertation, le coprésident d’Ecolo s’oppose au baromètre Covid déjà rejeté jeudi par le secteur culturel.

"Nous ne pouvons pas accepter ce qui est actuellement mis sur la table", lance Jean-Marc Nollet qui juge "trop stricte" la version actuelle.

Il affirme que les écologistes ne sont pas les seuls de cet avis. "Ce qui pose problème, c’est à la fois les jauges, la question de la ventilation, les facteurs déclencheurs tels que le nombre de cas en unité de soins intensifs, la non prise en compte des dimensions psychologique dans la gestion de la crise, l'adhésion des citoyens", énumère-t-il.

Et d’ajouter qu'"on n’a pas attendu le Codeco pour le dire". Les gouvernements bruxellois, de la Fédération Wallonie-Bruxelles et le gouvernement wallon se sont réunis ce jeudi pour préparer ce Comité de Concertation.

Ce qui est sur la table ne peut pas être satisfaisant à ce stade

Résultat : "Nous ne sommes pas seuls. Nous avons constaté que cette ligne que les écologistes ont de l'analyse de ce qui est sur la table est partagée par d’autres au point que Pierre-Yves Jeholet [le Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, NDLR] a envoyé un courrier qui relaye nos préoccupations - et qui sont les siennes aussi - au Premier ministre pour dire tous les problèmes qui continuent à se poser malgré le travail qui a été effectué."

Le coprésident d’Ecolo se range du côté du secteur culturel. "Nous considérons après avoir analysé leurs propositions que sur une série de points ils ont raison. Ce qui est sur la table ne peut pas être satisfaisant à ce stade", conclut-il sur ce sujet.

Un "G1000 du Covid"

Toujours sur la gestion de la crise Covid, Jean-Marc Nollet plaide pour la mise en place d'un "G1000 du Covid". Pour lui, c'est "le bon moment de prendre un peu de recul et de se dire qu'on doit pouvoir gérer différemment ce virus qui risque encore de rester avec différents mutants".

Dans ce contexte, il propose "une grande expérience de démocratie participative" où 1000 Belges seraient tirés au sort pour être associés aux réflexions sur l'avenir du pays.

Un gadget pour qu'ensuite le monde politique prenne les décisions ? "L'association des citoyens à la réflexion politique est fondamentale", balaye Jean-Marc Nollet qui trouve essentiel d’écouter ce que les citoyens ont à dire sur le Covid Safe Ticket ou encore sur la vaccination obligatoire.

Un problème avec le MR ?

Politiquement justement, la situation a été tendue du côté du MR avec la démission de Jean-Luc Crucke. Y a-t-il un problème entre libéraux et écologistes ?

"Non, tant qu’on ne touche pas aux accord de gouvernement, tout va bien, objecte le coprésident d'Ecolo. Ils ont pris un virage définitif en rompant avec le libéralisme social. C’est leur choix, ça leur appartient. Ils décident de changer leur doctrine. Tant que ça n’influe sur le contenu des accords de gouvernement, il n’y a aucun problème."

Autre sujet brûlant : la hausse des prix de l'énergie qui pèse sur le budget des ménages. Chaque parti y va de ses propositions. "Les Ecolos veulent soutenir toutes  personnes qui ont des difficultés financière sur leur facture d’énergie", résume Jean-Marc Nollet.

Il rappelle au passage qu"'on a déjà étendu le tarif social. Deux millions de Belges peuvent en profiter". Mais, ajoute-t-il, "je ne vais pas me substituer au ministre. Je suis président de parti, je sais bien que d'autres aiment confondre les rôles. Je vais donner les orientations. L’orientation que nous voulons, c’est un système qui soit à la fois redistributif et qui permette à la plupart des citoyens en difficulté d’être soutenus. Ça doit toucher également la classe moyenne".

Sur le même sujet

Baromètre covid : voici comment il va fonctionner (infographie interactive)

Coronavirus

Comité de concertation : voici les secteurs qui peuvent rouvrir dès le 28 janvier

Coronavirus

Articles recommandés pour vous