Belgique

Jean-Pascal van Ypersele : "Construire des centrales au gaz, c’est de l’argent qui va être investi à perte"

Jean-Pascal van Ypersele

Le troisième volet du dernier rapport du GIEC sur le climat a été dévoilé lundi. Interrogé sur La Première, le climatologue Jean-Pascal van Ypersele pointe l’importance des changements de comportements que les citoyens peuvent décider d’adopter, surtout si ces changements sont accompagnés par les politiques, qui doivent mettre à la disposition des citoyens les moyens de le faire. "C’est facile de dire que tout le monde doit faire du vélo, mais s’il n’y a pas de piste cyclable, c’est plus difficile". Chacun peut contribuer à diminuer les émissions polluantes de multiples manières, explique-t-il, par exemple en changeant la manière dont on s’alimente, "en mangeant moins de viande, surtout si elle vient de loin et qu’elle a contribué à déboiser l’Amazonie, on peut utiliser davantage les transports publics, essayer de vivre dans un logement mieux isolé si on en a les moyens. Les citoyens peuvent influences les pouvoirs publics afin qu’ils facilitent ces évolutions : un pouvoir très important que chacun a, c’est de voter, d’interpeller les acteurs politiques et les acteurs économiques, et de les mettre devant leurs responsabilités. C’est d’interpeller le monde de la finance : ceux qui ont de l’épargne peuvent décider de la manière de l’investir du bon côté".

Le rapport pointe le fait "que les 10% les plus riches de la population mondiale émettent près de la moitié des gaz à effet de serre. Ceux qui polluent beaucoup et qui ont beaucoup de moyens ont une responsabilité plus grande d’agir, et des moyens plus importants, qui doivent probablement être partagés", souligne le climatologue.

"Construire des centrales au gaz, c’est de l’argent qui va être investi à perte

"Il faut sorti des énergies fossiles le plus vite possible, et se souvenir que le Soleil, en deux heures, nous fournit autant d’énergie à la surface de la Terre que l’Humanité consomme en un an, donc la direction est claire. Il faut aller vers une sortie complète des combustibles fossiles".

La Belgique envisage de construire des centrales au gaz afin de compenser l’électricité qui ne sera pas produite lorsque les centrales nucléaires qui seront fermées. "Les infrastructures fossiles vont devenir sans valeur au fil du temps, donc c’est de l’argent qui va être investi à perte à moyen ou à long terme. Donc c’est une direction qui est une impasse, dit le GIEC".

L’Europe dépense chaque jour un milliard d’euros pour acheter des énergies en dehors de ses frontières : "Cela fait 400 milliards par an, 4000 milliards tous les 10 ans, qu’est-ce qu’on ne pourrait pas construire comme écoles, comme pistes cyclables, comme infrastructures utiles à tout le monde, comme programmes d’isolation des bâtiments avec cet argent ! Les moyens pour réorienter les choses sont là, mais il faut une volonté politique suffisante" conclut-il.

L'invité de Matin Première: Jean-Pascal Van Ypersele

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Comment limiter le changement climatique ? Le GIEC livre ses solutions dans son dernier rapport

Climat

Articles recommandés pour vous