RTBFPasser au contenu
Rechercher

Le 8/9

"Jeanne de Belleville me hante", Mireille Calmel revient sur la rédaction de son roman "D’écume et de sang"

"Jeanne de Belleville me hante", Mireille Calmel revient sur la rédaction de son roman "D’écume et de sang"

Extrait de Le 8-9

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

14 juin 2022 à 09:30Temps de lecture2 min
Par Elisée Baelongandi

Mireille Calmel était l’invité du 8/9 pour présenter son nouveau roman : "D’écume et de sang". Elle révèle les dessous de la création de cette œuvre et les mystères qui y sont liés.

Dans son nouveau roman "D’écume et de sang", Mireille Calmel retrace l’incroyable histoire d’un personnage historique : Jeanne de Belleville. Figure très peu connue de la guerre de Cent Ans, elle n’en est pas moins importante car il s’agissait de la première femme pirate et de la pire ennemie du roi de France.

Alors que rien ne la prédestinait à une telle histoire, elle est devenue un des personnages les plus forts de cet affrontement, à cause de son amour de jeunesse dont elle a souhaité venger la mort…

Ce sont donc les confessions de l’une des plus grandes héroïnes de la guerre de Cent ans, plus connue sous le nom de la Tigresse bretonne, que l’auteure a choisi de raconter à la première personne, incarnant ainsi le personnage. Un choix audacieux qui lui paraissait être une évidence.

"C’est plus qu’un choix, j’ai rencontré Jeanne de Belleville il y a plus de 15 ans maintenant. Le magazine Prima m’avait demandé un petit roman à l’occasion de la sortie d’un livre qui s’appelle "Petit pirate", […] j’avais donc trouvé cette femme pirate, elle était un peu rentrée en moi et elle me hante depuis ce jour-là…"

Allant plus loin, l’auteure explique comment elle a pu incarner ce personnage mythique pour retranscrire cette histoire de manière aussi poignante. Elle décrit son processus d’écriture en se qualifiant comme une personne très cartésienne, entourée d’évènements surnaturels.

"J’écris mes livres de la même manière, ce sont des rêves récurrents qui arrivent. Normalement quand vous vous réveillez ça s’arrête, moi pas. Quand je vais m’endormir, le lendemain, mon rêve reprend là où il s’était arrêté jusqu’à ce que j’ai des noms, des dates, des lieux […]. Je rêve de choses que je ne connais pas mais quand je vais vérifier, 9 fois sur 10 je trouve des réponses. […] Jeanne est arrivée comme ça, j’ai l’impression qu’elle était en moi depuis longtemps, c’est le personnage le plus puissant avec lequel j’ai eu à cohabiter dans mon écriture…".

Mireille insiste sur le fait qu’au niveau historique, les faits racontés sont tous vrais, seuls les sentiments sont décuplés car c'est comme ça qu’elle-même les ressentait.

"C’est mon meilleur roman" conclut-elle.

RTBF

Du lundi au vendredi, retrouvez l’invité du jour dans Le 8/9 à suivre sur VivaCité et en télé sur La Une. Pour connaître le programme de la semaine, c’est par ici.

Sur le même sujet

Découvrez "The Other Woman", extrait du dernier album de Typh Barrow, en live dans Le 8/9

Le 8/9

Un nouvel album pour Antoine Armedan à découvrir dans Le 8/9

Le 8/9

Articles recommandés pour vous