Patrimoine

Jésus, Marie et Joseph, sujets de l'exceptionnel "retable de Saluces"

La Nativité, sujet de l'exceptionnel "retable de Saluces"

Musées de la Ville de Bruxelles © Dohet et Peeters

Les musées sont ouverts ! Pour vous faire découvrir leur patrimoine, on vous raconte l’histoire de ces chefs-d’œuvre de nos collections muséales pourtant méconnus.

 

La Maison du Roi, sur la Grand-Place de Bruxelles, abrite un musée sur l’histoire et le patrimoine de la ville. C’est là que vous pourrez admirer le Manneken Pis original, mais pas seulement. Peu connu des visiteurs et visiteuses, le retable de Saluces est pourtant une pièce unique en son genre.

 

Des retables made in Brabant

Au Moyen-Âge et aux Temps-Modernes, beaucoup d’églises abondent de décorations diverses : objets de culte travaillés, vitraux, statues, et bien évidemment retables. Ces bas-reliefs très ouvragés représentent souvent des scènes bibliques de manière fastueuse, et sont aujourd’hui des pièces prisées des musées. Certains panneaux sont peints, et parfois signés d’un grand maître de la peinture. En général disposés derrière les autels, les retables sont presque tous articulés : les panneaux s’ouvrent et se ferment sur le bas-relief caché à l’intérieur.

L'Agneau mystique de Van Eyck

Chez nous, la superstar des retables est sans conteste celui de L'Agneau mystique signé Van Eyck, et qui ne comporte pas de bas-reliefs. Il faut dire que nos régions, surtout au 15e siècle, sont spécialisées dans la manufacture de retables. Les retables brabançons développent leur propre style et se répandent à travers toute l'Europe. Ils sont principalement fabriqués dans les ateliers d'Anvers (alors dans le duché de Brabant), de Bruxelles et de Malines. D'autres provinces, comme le Hainaut, en produiront également.

Et l'un des chefs d'oeuvre absolus de cet art brabançon, c'est notre retable de Saluces. 

Un trésor bien caché

Le retable de Saluces entièrement ouvert
Le retable de Saluces entièrement ouvert Musées de la Ville de Bruxelles © Dohet et Peeters

La plupart des retables brabançons ont une seule paire de volets, mais pas celui qui nous intéresse. Le retable de Saluces est en effet doté d’une paire supplémentaire, chose rare. Il se présente donc de trois façons différentes, en fonction du calendrier liturgique.

Une des scènes sculptées du retable

En position fermée, on ne voit que les deux panneaux peints qui forment une composition sur le thème de l’arbre généalogique de Jésus Christ ("arbre de Jessé"). Lorsqu'on les ouvre, on découvre de nouvelles peintures qui représente la vie de Joseph. Mais c'est la seconde ouverture qui dévoile le véritable trésor. Le retable devient un meuble en bois dans lequel se tiennent des scènes sculptées, peintes et dorées sont présentées dans des compartiments. Elles racontent la vie de Marie, avec la Nativité comme thème central. Cette partie n'est pas faite pour être souvent exhibée, ne se montrant que pour les grandes occasions, comme les grandes fêtes. 

De près, les personnages laissent voir leurs détails minutieux

Il a fallut beaucoup d'artistes et d'artisans pour le réaliser : menuisers, peintres, sculpteurs, doreurs, etc. Les panneaux sont très certainement signé Valentin van Orley, père du célèbre Bernard van Orley, tandis que les scènes sculptées sont l'oeuvre de la famille Borreman, dont les ateliers sont réputés à l'époque. Les statuettes polychromes sont remplies de petits détails minutieux, comme les cils ou les sourcils des personnages, le rosé de leurs joues, les motifs des vêtements, etc. Le travail a tellement bien été réalisé, que le retable a connu très peu de rénovations, et a majoritairement gardé ses couleurs et sa dorure d'origine.

Retable de Saluces

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Un retable voyageur

Le retable est réalisé à Bruxelles aux alentours de 1500-1510, à la demande d'un riche négociant franco-italien pour décorer sa demeure de Lyon. En 1580 l'oeuvre part en Italie où elle décore une chapelle de la cathédrale de Mondovi, d'où elle ne bouge qu'au 18e siècle pour gagner la petite ville de Saluzzo (ou Saluces, en français), qui lui donnera son nom. 

La ville de Bruxelles rachète le retable en 1894 pour l'exposer à l’Hôtel de Ville. Mal lui en prend, car le petit Jésus de la scène centrale est dérobé par un malandrin qui passait par là. Par la suite, l'oeuvre traverse la grand place pour être confié au musée de la ville, dans le bâtiment de la Maison du Roi, où il se trouve toujours aujourd'hui. 

 

Le musée est ouvert !

C'est l'occasion rêvée d'aller rendre une visite au retable et à tous les autres trésors bruxellois gardés dans la Maison du Roi. Le musée est accessible du mardi au dimanche de 10h à 17h, à l'exception des jours fériés. 

Réservez en ligne votre visite.

Les autres musées de la ville sont également ouvert ! Ainsi, vous pouvez admirer l'impressionnante garde-robe de Manneken Pis, découvrir un art typiquement bruxellois au Musée de la Mode et de la Dentelle, ou visiter le très intéressant Musée des Egouts

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous