Le 8/9

Jeux Paralympiques d'hiver : Eby Brouzakis analyse les chances des deux athlètes belges en ski alpin

L'actu sport

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

28 févr. 2022 à 09:53Temps de lecture2 min
Par François Saint-Amand

Les Jeux Paralympiques d'hiver débutent ce vendredi 4 mars à Pékin. La Belgique sera représentée par Linda Le Bon et Rémi Mazi. Eby Brouzakis réalise le double portrait de ces deux sportifs.

Après les Jeux Olympiques d'hiver, lors desquels nos compatriotes Hanne Desmet et Bart Swings ont brillé, remportant respectivement une médaille de bronze et d'or, place aux Jeux Paralympiques à Pékin.

Six sports sont représentés aux Paralympiques : le biathlon, le curling en fauteuil roulant, le parahockey sur glace, le ski alpin, le ski de fond et le snowboard. La délégation belge envoie deux athlètes en ski alpin. On compte plusieurs catégories dans ce sport : celle des malvoyants, le ski debout ou le ski assis. Linda Le Bon concourra dans la première et Rémi Mazi dans la seconde.

Surferont-ils sur les traces d'Eléonor Sana, médaillée de bronze en descente en 2018 à Pyeongchang ? Eby Brouzakis présente ces deux sportifs qui participent à leurs premiers Jeux.

Linda Le Bon, une chance familiale en Super-G ?

Linda Le Bon, porteuse d'une déficience visuelle, s'entraîne en Autriche. Elle s'est donc expatriée pour bénéficier d'un entraînement professionnel avec les meilleures infrastructures possible.

Elle est accompagnée par sa guide, Ulla Gilot qui est... sa fille. Une belle histoire familiale pour, on l'espère, une performance triomphale. La guide, qui est positionnée devant l'athlète, indique avec sa voix à cette dernière les trajectoires à suivre et les moments où elle doit amorcer ses virages.

Linda a remporté la médaille d'argent en Super-G aux Mondiaux de Lillehammer le mois dernier avec un autre guide, Pierre Couquelet, son guide, un sportif valide qui avait déjà représenté la Belgique aux Jeux Olympiques d'hiver de 1984.

"La personne souffre d'une tumeur cancéreuse et pour la soigner, il doit prendre des médicaments qui étaient sur la liste des produits interdits. Il ne peut donc pas concourir" explique Eby Brouzakis, étonné d'une telle décision puisque ce n'est pas le guide qui accomplit la performance sportive. "Tout ceci nous change de Kamila Valieva, la patineuse russe, qui était convaincue de dopage et qui a quand même pu représenter son pays aux derniers Jeux Olympiques".

Belga / Jonas Roosens

Rémi Mazi, des records en athlétisme aux records en ski ?

Rémi Mazi, souffrant de malformation congénitale de l'avant-bras gauche, participera de son côté aux épreuves techniques du slalom et du slalom géant en ski debout. Il s'est qualifié pour les Jeux Paralympiques après avoir coché les critères de qualifications aux Mondiaux de Lillehammer.

Avant de se tourner vers le ski en 2016, cet athlète vivant à Arlon avait déjà pratiqué de l'athlétisme handisport. Il compte même encore plusieurs records de Belgique dans cette catégorie. "C'est aussi un sportif assez polyvalent" note ainsi Eby Brouzakis.

Belga / Jonas Roosens

Pour plus d’analyses et de résumés sur le sport, suivez Le regard Sport d’Eby Brouzakis, tous les lundis dans Le 8/9 sur VivaCité et sur La Une.

Sur le même sujet

Linda Le Bon guidée par sa fille aux Jeux Paralympiques de Pékin : le saut dans l’inconnu

Jeux Paralympiques

Sept choses à savoir sur les Jeux Paralympiques d’hiver 2022 à Pékin

Jeux Paralympiques

Articles recommandés pour vous