Pop

J.K. Rowling face aux polémiques : "pas mécontente de descendre de mon piédestal"

J.K. Rowling ne redoute pas les conséquences de ses propos jugés transphobes, sur l’image qu’on gardera d’elle.

© 2018 Bruce Glikas / Getty Images

La célèbre romancière J.K. Rowling, créatrice de l’univers Harry Potter, secoue une fois de plus ses fans avec des propos chocs.

Invitée dans le podcast "The Witch Trials of J.K. Rowling" présenté comme "un documentaire audio analysant les querelles les plus controversées de notre époque à travers la vie et la carrière de l’auteur le plus populaire au monde" l’auteure a commenté les accusations de transphobies à son encontre.

En 2020 J.K. Rowling avait tenu sur les réseaux sociaux des propos jugés transphobes assimilant notamment les femmes aux menstruations et niant de ce fait les hommes trans pouvant avoir leurs règles et les femmes trans qui ne les ont pas. Bien que critiquée pour ses positions par des stars de la saga dont Daniel Radcliffe et Emma Watson ainsi que de nombreux fans et internautes (allant jusqu’au cyberharcèlement et aux menaces), l’écrivaine n’avait pas fait marche arrière.

Et à en juger par ses récentes révélations elle ne le fera pas. Si elle affirme que ses propos ont été "profondément mal compris" et qu’elle n’a "jamais voulu contrarier qui que ce soit", J.K. Rowling ne s’inquiète pas des conséquences de cette polémique sur l’image qu’elle laissera à la postérité : "Je ne passe pas ma journée à penser à mon héritage et à la trace que je vais laisser." Elle ajoute : "Quelle manière vraiment très pompeuse de vivre sa vie en pensant à la trace que nous laisserons. Peu importe, je serai morte. Je ne suis intéressée que par maintenant. Je m’intéresse uniquement à ce qui est en vie."

Et si ces polémiques ont égratigné sa popularité, cela lui procure presque un soulagement : " Ils me disent que j’aurais pu être aimée pour toujours mais [que c’est impossible] depuis ce que j’ai dit. Cependant, je n’étais pas mécontente de descendre de mon piédestal. "

Descendre de son piédestal ne l’empêche pas de faire bon usage de son immense fortune : la Britannique a été aperçue ce lundi 20 février à Sète dans le sud de la France visitant un méga-yacht réputé moins polluant. Son précédent yacht avait été vendu il y a quelques années pour 17,8 millions d’euros.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous