Monde

JO 2024 de Paris : à deux ans de l'événement, une juridiction indépendante s'alarme pour la sécurité

Cette illustration publiée le 15 décembre 2021 par le Comité Olympique Paris 2024 montre la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Paris le 26 juillet 2024.

© Credit: EJames202 / Alamy Stock Photo

22 juil. 2022 à 20:09Temps de lecture2 min
Par Belga, édité par Kevin Dero

Sécurité publique, risques terroristes ou cyber: à deux ans des JO de 2024 à Paris, une juridiction française indépendante tire la sonnette d'alarme sur la préparation de l'évènement et presse les autorités d'accélérer le pas pour relever le défi sécuritaire.

Le rapport de la Cour des comptes intervient alors que le monde entier garde en mémoire les images chaotiques de la finale de la Ligue des champions au Stade de France, en région parisienne, le 28 mai.

Image d'illustration présentant la possible parade sur la Seine, présentée en décembre dernier par le Comité Olympique français
Image d'illustration présentant la possible parade sur la Seine, présentée en décembre dernier par le Comité Olympique français © Tous droits réservés

Dans ce document confidentiel de 76 pages, dont la version définitive est attendue pour la fin de l'année, la Cour des comptes insiste à chaque page ou presque sur la nécessité d'anticiper une mobilisation générale et massive des moyens, matériels et humains, pour assurer la sécurité de cet évènement au retentissement mondial, qui aura lieu du 26 juillet au 11 août 2024

Nous sommes extrêmement humbles face aux défis sécuritaires que soulève l'organisation de ces JO

La lecture de ce pré-rapport est alarmiste dans la mesure où il liste tous les manques à prendre en compte à J-2 ans: capacité hospitalière, sécurité publique, sanitaire, risques terroristes, risques cyber, problème d'acceptabilité des jeux par la population, etc.

"Nous sommes extrêmement humbles face aux défis sécuritaires que soulève l'organisation de ces JO et nous travaillons en étroite collaboration avec tous les services concernés", ont assuré à l'AFP les organisateurs des JO, Paris-2024.

Dans cette photo d'archive prise le 13 avril 2022, le président français du Comité d'organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, Tony Estanguet, pose au siège du Comité d'organisation de Paris 2024.
Dans cette photo d'archive prise le 13 avril 2022, le président français du Comité d'organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, Tony Estanguet, pose au siège du Comité d'organisation de Paris 2024. AFP

Cérémonie d'ouverture inédite

Tirant les leçons des JO de Londres en 2012, qui avaient mis en lumière une sous-estimation des coûts et des moyens dévolus à la sécurité, le rapport de la Cour suggère de pouvoir faire appel à l'armée et aux réserves opérationnelles de la police et de la gendarmerie pour pallier une "carence probable" en agents de sécurité privée.

La Cour évoque également la cérémonie d'ouverture, inédite. Ardemment souhaitée par le président Emmanuel Macron et la maire socialiste de Paris Anne Hidalgo, elle est conçue comme une grande parade fluviale sur la Seine et accessible au public (avec initialement 600.000 personnes attendues). 

L'ancien préfet de police de Paris Didier Lallement avait jugé "déraisonnable" cette cérémonie telle qu'elle est envisagée.

Devant l'urgence de la situation, le président Emmanuel Macron réunit lundi à l'Élysée notamment la Première ministre Élisabeth Borne et le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin pour faire le point.

Sur le même sujet

Chantier de Notre-Dame de Paris : rouvrir en 2024 est un "objectif compliqué" selon les restaurateurs

Monde

"Prologue", une envolée chorégraphique annonçant les Jeux Paralympiques de Paris 2024

Journal du classique

Articles recommandés pour vous