JO d'hiver - Pékin 2022

JO Pékin 2022 : pourquoi Taïwan s'appelle "Taipei chinois" aux Jeux olympiques?

Bannière avec les anneaux olympiques.

© AFP or licensors

03 févr. 2022 à 09:00Temps de lecture2 min
Par AFP

Aux Jeux olympiques de Pékin (4-20 février), comme dans les compétitions internationales, les organisateurs évitent l'appellation "Taïwan" pour les sportifs et lui préfèrent le nom de "Taipei chinois" à la grande frustration de nombreux Taïwanais.

Un statut particulier

La manière dont Taïwan est représenté aux Jeux olympiques a beaucoup varié au cours des années, en raison de son statut international particulier.

Même si l'île de 23 millions d'habitants est gouvernée démocratiquement, avec ses propres frontières et sa propre monnaie, le statut de Taïwan ne fait pas consensus.

Taïwan et le Continent sont gouvernés séparément depuis la prise du pouvoir par les communistes à Pékin en 1949 et la fuite du gouvernement nationaliste à Taïwan. Le régime communiste chinois considère l'île comme une de ses provinces destinées à revenir dans son giron, au besoin par la force.

Pékin accuse la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen de rechercher une indépendance formelle de l'île - un casus belli pour les dirigeants communistes. Mme Tsai refuse en effet de reconnaître le Principe de la Chine unique (One china policy) par lequel l'île et le Continent feraient partie d'un seul et même pays.

Seuls une quinzaine d'Etats du monde reconnaissent le gouvernement de Taïwan au détriment de Pékin.

"Taipei chinois"

L'utilisation du nom "Taipei chinois" par le comité olympique local repose sur un compromis conclu en 1981 avec le Comité international olympique (CIO) pour permettre à Taïwan de concourir sur la scène internationale sans se présenter comme une nation souveraine.

Au lieu du drapeau rouge et bleu de Taïwan, les athlètes taïwanais doivent concourir sous la "bannière de la fleur de prunier", un drapeau blanc qui porte les anneaux olympiques.

L'hymne national du territoire ne résonne pas, les athlètes récupèrent leur médaille au son d'une chanson traditionnelle de lever de drapeau.

Les opposants à ce compromis estiment que cette appellation est humiliante et font remarquer que d'autres lieux contestés ou non reconnus, comme la Palestine, peuvent utiliser leur propre nom et leur propre drapeau aux Jeux olympiques.

Identité distincte

De plus en plus de voix s'élèvent pour que l'appellation Taïwan soit autorisée, bien que les précédents gouvernements taïwanais s'y opposaient.

Depuis les années 1990, l'île est passée d'une dictature à l'une des démocraties les plus progressistes d'Asie.

Une identité taïwanaise distincte a emergé, en particulier parmi la jeune génération.

Un référendum --perdu-- sur la modification du nom de "Taipei chinois" a été organisé en 2018, suscitant des mises en garde du CIO et de Pékin.

L'actuelle présidente Tsai Ing-wen considère Taïwan comme une nation souveraine et pousse pour que "Taïwan" soit davantage utilisé.

Quid de ces Jeux ?

Une petite délégation de quatre sportifs taïwanais prendra part aux JO-2022, accueillis par Pékin cette année, au moment où les relations entre Taïwan et la Chine sont au plus bas depuis des années.

Lors d'une conférence de presse la semaine dernière, un porte-parole chinois s'est référé au territoire sous le nom de "Zhongguo Taipei", littéralement "Chine, Taipei".

Ce minuscule écart sémantique a fait fortement réagir le Conseil des Affaires taïwanais, le principal organe de décision de l'île en matière de politique chinoise, qui a exhorté le Continent a ne pas "rabaisser (leur) camp".

Sur le même sujet

Taïwan : une panne de courant laisse 5 millions de ménage dans le noir

Monde

Articles recommandés pour vous