John Fogerty s’adresse à Trump dans son premier nouveau morceau en huit ans.

John Fogerty

© Getty

07 janv. 2021 à 09:39Temps de lecture2 min
Par Marie-Amélie Mastin

Ce n’est un secret pour personne, John Fogerty n’est pas le plus fervent défenseur de Donald Trump.

En septembre dernier, il lui avait notamment reproché de semer la confusion en diffusant son morceau "Fortunate Son", sans autorisation, avec ces paroles qui évoquent les avantages dont ont profité les riches lors de la Guerre du Vietnam. Rappelons que Donald Trump s’était à l’époque fait réformer pour fausse raison de santé. Sa requête était restée sans réponse.

C’est à présent en musique que le frontman de Creedence Clearwater Revival s’exprime, avec un nouveau titre adressé au président sortant des Etats-Unis, "Weeping in the Promised Land", un premier nouveau morceau en huit ans pour le musicien.

Dans celui-ci, on retrouve Fogerty au piano, avec des chanteurs gospel pour l’accompagner sur cette thématique de conscience sociale, déjà abordée dans des titres de Creedence, tels que "Fortunate Son" et "Who’ll Stop the Rain."

"C’est un peu comme être une rock star dans un groupe et que celui-ci se dissout," explique le musicien à propos du refus de Trump de reconnaître la victoire de Joe Biden, mais aussi de son amour des rallyes. "J’avais pour habitude de chanter devant 30.000 ou 40.000 personnes qui venaient pour me voir. Je sais ce que c’est, je comprends l’émotion qu’il ressentait. Je ne veux pas être vu comme un détracteur, j’essaie surtout de comprendre la situation. Je pense qu’il adorait ces rassemblements."

Loading...

Dans les paroles du morceau, John Fogerty fait allusion aux attaques de Trump envers Anthony Fauci, évoque le travail du personnel des soins de santé, et le meurtre de George Floyd.

Le titre de ce morceau est en réalité né il y a 25 ans dans son carnet de notes, mais il n’était pas satisfait de celui-ci et l’avait gardé en réserve. Il explique qu’avec la pandémie et le confinement de l’été, il trouvait qu’il prenait tout son sens et il a décidé de décliner une chanson complète sur ce thème.

John Fogerty a d’abord travaillé au morceau avec le batteur Jim Keltner, le bassiste Don Was, et son fils Shane à la guitare. Mais, sentant son épouse et manager déçue à l’écoute du résultat, il a laissé tomber la guitare au profit du piano.

Il avait justement retravaillé l’instrument pour le livestream à l’occasion des 85 ans de Jerry Lee Lewis en octobre, le timing était donc parfait. Une semaine avant Thanksgiving, il a essayé cette nouvelle version, chant et piano. Elle sera immortalisée en studio à Los Angeles, avec quelques chanteurs dans les chœurs.

En novembre dernier, John Fogerty a sorti un album intitulé "Fogerty’s Factory." Dès le début du confinement, John Fogerty a eu la bonne idée de rassembler autour de lui ses trois enfants, dans un nouveau groupe "Fogerty’s Factory" : Shane, 28 ans, Tyler, 27 ans, et Kelsy, 18 ans. Ce qui avait débuté un peu comme une plaisanterie s’est en fait révélé très fructueux et largement suivi lors des performances sur YouTube.

De "Lodi", à "Down on the Corner" en passant par "Fortunate Son", ils ont repris plusieurs des classiques de John Fogerty, avant d’interpréter "Blueboy," issu de l’album solo "Blue Moon Swamp" de 1997.

Ces versions sont finalement sorties sous forme de cet album intitulé "Fogerty’s Factory."

Le disque est un clin d’œil, tant par son titre que par sa couverture, au 50e anniversaire de "Cosmo’s Factory," l’album de Creedence qui a donné naissance aux succès "Up Around the Bend," "Who will Stop the Rain," "Lookin’Out My Back Door," "Travelin’Band" et "Run Through the Jungle."

Sur le même sujet

John Fogerty à nouveau en tournée avec ses deux fils

Journal du Rock

Articles recommandés pour vous