Les Grenades

"Join the fam" : la campagne bruxelloise contre le harcèlement dans l’espace public n’évite pas quelques "maladresses"

© Tous droits réservés

Le 21 novembre, une campagne contre le harcèlement sexiste et les violences sexuelles à Bruxelles a été lancée par le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) et la secrétaire d’État à l’Égalité des Chances, Nawal Ben Hamou (PS).

Intitulée "Join the fam", la campagne entend sensibiliser les témoins de ce type de fait et les invite à " rejoindre la famille bienveillante " de celles et ceux qui réagissent face au harcèlement sexiste dans l’espace public. "Notre objectif est de lever les obstacles qui empêchent encore les témoins d’agir. Parce que ces témoins n’identifient pas toujours les comportements problématiques, ne savent pas toujours comment réagir à ces comportements ou n’osent tout simplement pas franchir le pas", a expliqué Nawal Ben Hamou.

Co-financée par equal.brussels et safe.brussels, "Join the fam" s’inscrit dans le contexte du premier Plan régional de lutte contre les violences faites aux femmes lancé en 2020 par le gouvernement bruxellois. Présentée comme largement inspirée des recommandations du secteur associatif, la campagne concrétise également une partie du plan plus récent d’actions prioritaires en matière de lutte contre le harcèlement et les violences sexistes. 

Un clip vidéo et des visuels de campagne seront diffusés jusqu’au 2 janvier sur les réseaux sociaux, sur le réseau d’affichage de la STIB (valves, flancs de bus et de tram). Des stickers réfléchissants Join the Fam à apposer sur la sonnette de rue, sur le smartphone, où tout autre support personnel seront distribués via les magazines communaux.

La vidéo est bien ficelée, elle parle aux jeunes et le message est clair

Loading...

La méthode des 5 D

La campagne vise à faire connaître la méthode des cinq "D": distraire, déléguer, documenter par la prise d’images, diriger, et dialoguer. Une méthode qui est également utilisée par l’association Touche pas à ma pote. " C’est une méthode qui a été mise au point par l’association américaine Hollaback! ", souligne Victoria De Buck, coordinatrice au sein de Touche pas à ma pote.

Loading...

"Je trouve la campagne bien faite, on voit qu’elle a été créée par une agence de publicité : la vidéo est bien ficelée, elle parle aux jeunes et le message est clair. Il y a cette idée que tout le monde fait partie de la solution, c’est intéressant. Ce que je regrette un peu, c’est que notre association n’ait pas été consultée. Le travail associatif est encore trop souvent fait dans l’ombre sur ces questions de harcèlements sexistes et sexuels dans l’espace public, je pense notamment au travail fondamental de Maïté Meeûs sur la page Instagram Balance ton bar, qui n’est pas reconnu par les institutions", poursuit-elle.

►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe

"Cela ne va pas assez loin"

A Bruxelles, une autre association travaille sur le harcèlement sexiste : l’asbl d’auto-défense féministe Garance. "La campagne est intéressante, je travaille sur ce sujet depuis 11 ans, et on n’aurait jamais pu voir une telle campagne à cette époque", précise Laura Chaumont, formatrice en auto-défense.

"Cela ne va cependant pas assez loin. Pour la vidéo qui accompagne la campagne notamment, je suis plus réservée. Il y a, selon moi, deux maladresses. D’abord, il est question de la famille avec le slogan 'Join the fam', qui se traduit par rejoindre la famille. Il y a cette idée qu’on est frères et sœurs face au harcèlement sexiste. La famille est pourtant un lieu violent et dangereux pour de nombreuses femmes. L’autre problème selon moi est que l’on montre une femme seule la nuit dans la rue qui est harcelée. C’est une image très stéréotypée et anxiogène ! Les femmes risquent d'avoir peur de sortir de sortir. Je suppose aussi qu’il y a un jeu de mots entre 'la fam' et 'la femme ' ? 'La' femme n’existe pas…"

La prévention se passe avant les faits, ici on estime que les faits de violence ont lieu. On peut agir en amont des violences

La place de la victime est questionnée par Laura Chaumont. "On la montre uniquement paniquée, elle ne fait rien, on ne s’occupe presque pas d’elle, toute la vidéo s’intéresse aux témoins. Bien sûr que la réaction des témoins est importante, mais les victimes de violences ont des ressources ! Elle est attrapée par un bras par son agresseur, mais il lui reste encore un deuxième bras libre, deux jambes, un front, une voix… elle pourrait agir si elle la souhaite. La campagne n’est pas très empouvoirante."

►►► Pour recevoir les informations des Grenades via notre newsletter, n’hésitez pas à vous inscrire ici

L’association déplore aussi le fait de ne pas avoir été consultée. "Il y a des bonnes idées, par exemple cet autocollant à placer sur sa sonnette : si on doit sonner quelque part, autant que cela soit un endroit où les gens sont plus sensibilisés à propos du harcèlement. Mais on aurait pu éviter ces deux maladresses si on nous avait demandé notre avis ", explique Laure Chaumont. "Et on se trouve à nouveau face à une campagne de sensibilisation d’information, pas de prévention. La prévention se passe avant les faits, ici on estime que les faits de violence ont lieu. On peut agir en amont des violences."

Loading...

Selon une étude menée par Plan international en 2019, 91% des filles ont témoigné avoir été victimes de harcèlement sexiste. Pour plus de 4 filles sur 5, le harcèlement s’apparentait à des sifflements et des commentaires sexistes, tandis que pour plus d’une fille sur 3, le harcèlement s’est traduit par des attouchements non consentis. Pour rappel, le harcèlement de rue est puni par une loi en Belgique.

Un site dédié à la campagne reprend toutes les informations utiles.

Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be.

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d’actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous