Journée mondiale du diabète : un diabétique sur trois ignore sa maladie, d’où l’importance du dépistage

Selon l’OMS, le nombre de personnes atteintes du diabète a presque quadruplé ces 40 dernières années.

© Getty Images

14 nov. 2021 à 13:38 - mise à jour 14 nov. 2021 à 14:22Temps de lecture4 min
Par Estelle De Houck avec Thierry Vangulick

Selon l’OMS, 420 millions de personnes souffrent actuellement du diabète dans le monde. Une pathologie répandue donc, mais très souvent silencieuse… si bien qu’un diabétique sur trois ignore en être atteint. Pourtant, ce n’est pas une maladie à négliger, au risque de connaître d’importantes complications. Et un simple dépistage suffit pour la détecter.

Pour commencer, rappelons ce qu’est le diabète. Il s’agit "d’une maladie chronique qui apparaît lorsque le pancréas ne produit plus suffisamment d’insuline ou quand le corps ne parvient plus à utiliser efficacement l’insuline qu’il produit ", peut-on lire sur le site internet de l’Association belge du diabète.

Pour rappel, l’insuline est l’hormone permettant de réguler le taux de glucose, autrement dit du sucre, dans l’organisme.

D’après le site de Partenamut, 700.000 Belges étaient reconnus diabétiques en 2018. Et le nombre de cas augmente chaque année. Il s’agit d’ailleurs de l’une des maladies chroniques les plus courantes.

Et selon Ides Colin, endocrino-diabétologue au CHR Mons-Hainaut, si le nombre de diabétiques augmente, "c’est à cause du nombre de patients en surpoids ou obèses. Il existe un rapport direct entre les deux."


►►► À lire aussi : Fréquent mais méconnu, le syndrome des ovaires polykystiques favorise le diabète chez la femme


Prédiabète, diabète gestationnel, de type 1 ou de type 2… Il existe plusieurs formes de la maladie. Mais le diabète de type 2 est de loin le plus fréquent : il concernerait 85 à 90% des diabétiques. Et d’après l’Association du diabète, "sa prévalence (c’est-à-dire le nombre de cas répertoriés dans une population donnée) est en augmentation."

Quant au diabète de type 1 – celui qui nécessite des injections quotidiennes d’insuline –, il concernerait près de 10% des personnes diabétiques.

Un diagnostic précoce, c’est crucial

Les diabétiques sont donc nombreux en Belgique. Et pourtant, tous ne sont pas diagnostiqués, ou du moins pas assez tôt.

"Le diabète est une maladie vicieuse puisqu’elle ne s’accompagne d’aucun symptôme au début de l’évolution. Et donc parfois il arrive que l’on fasse un diagnostic de diabète, au moment de la mise en évidence de complications", analyse Ides Colin.

Dès lors que les complications ont eu le temps de s’installer, elles sont plus difficiles à prendre en charge et à guérir

"Dès lors que les complications ont eu le temps de s’installer, elles sont plus difficiles à prendre en charge et à guérir", continue l’endocrino-diabétologue au CHR Mons-Hainaut. "Et lorsque le diagnostic est posé, on ne peut pas revenir en arrière : dès que vous êtes diabétique, vous l’êtes à vie."

Et un diabète soigné trop tardivement peut endommager les organes sur le long terme, "affecter la qualité de vie et entraîner des coûts importants liés au soin", prévient l’Association du diabète.


►►► À lire aussi : Découverte d’une nouvelle bactérie de l’intestin qui pourrait aider à lutter contre l’obésité associée au diabète de type 2


"Mais la bonne nouvelle, c’est que les traitements et la prise en charge dont on dispose sont tels que le diabète ne peut plus poser de problème", rassure Ides Colin.

L’histoire de Christine

Si la situation s’est améliorée, certains souffrent encore aujourd'hui du manque d’informations du passé. C'est le cas de Christine. 

En 2005, elle apprend qu’elle est intolérante au glucose. Au lieu de se diriger vers un spécialiste, elle est suivie par son médecin traitant. Le diabète n’est alors pas envisagé, malgré une prédisposition familiale. Et ce n’est qu’un an plus tard qu’elle est diagnostiquée diabétique de type 2.

On n’était pas assez informé à l’époque de ce qu’il fallait faire dès qu’il y avait un problème

"En 2006, on n’était pas encore très au fait. On connaissait la maladie, mais on ne réagissait pas encore assez", regrette-t-elle.

"Et finalement j’aurais dû aller voir un spécialiste, je n’ai pas été assez vigilante non plus. Mais on n’était pas assez informé, à l’époque, sur ce qu’il fallait faire dès qu’il y avait un problème, même dans le cas de l’intolérance au glucose."

Loading...

Son cas s’est ensuite aggravé, "malgré un traitement médicamenteux." Et après quelques années, Christine a dû passer à l’insuline.

"J’ai donc un traitement médicamenteux, et quatre piqûres d’insuline par jour. Donc oui c’est assez lourd", confie-t-elle.

Quel dépistage ?

Qui est concerné ? "Dès lors que vous avez plus de 45 ans, qu’il existe dans votre famille une histoire de diabète, que vous êtes une femme qui a eu un diabète gestationnel, que vous êtes en surpoids avec une augmentation de votre circonférence abdominale, vous êtes plus à risque de développer un diabète", détaille Ides Colin.


►►► À lire aussi : Diabète : 30 millions de personnes n’ont pas accès à suffisamment d’insuline, estime l’OMS


Vous l’aurez compris, il est alors primordial de passer par la case dépistage, qui consiste simplement en une prise de sang à jeun.

"Il faut encourager les gens à se faire dépister. Parce que le diabète, si on ne le traite pas, est une maladie redoutable. Mais si on la soigne de façon correcte, elle devient une pathologie relativement banale."

A noter que des tests du dépistage du diabète sont désormais proposés dans certaines pharmacies.

Sur le même sujet (JT du 25/10/2021) :

Recevez une fois par jour l'essentiel de l'info

Chaque matin vers 10h (du lundi au vendredi), recevez un condensé des principaux titres de la rédaction web de la RTBF. Et en cas d’événement majeur, soyez les premiers informés par nos newsletters flash.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous