Tarmac

Journée nationale pour embrasser un roux : une journée un peu WTF pour réparer une injustice ?

3% des personnes ont une chance de naître rousses quelles que soient leurs origines.

© Getty image

12 janv. 2022 à 17:16Temps de lecture3 min
Par J.B.

Les journées mondiales, c’est parfois cool, mais c’est aussi parfois n’importe quoi. Entre la journée mondiale du pop-corn, celle de la marmotte ou encore celle du Nutella, disons qu’il y a de quoi faire. Mais celle qui nous a fait un peu tiquer, c’est celle du "Kiss a ginger day", "la journée pour embrasser un roux", en français. On s’est demandé si là, ça n’allait pas un peu trop loin. En fait, il s’agit de réparer une injustice. Mais au fait, pourquoi les roux sont-ils discriminés ?

De South park

Bon avant de s’emballer, il faut préciser que la mise en place de cette journée mondiale est à prendre au second degré, selon le site "journée mondiale". A l’origine c’est un épisode de South park qui a donné cette idée. Oui, tu as bien lu.

Dans cet épisode, intitulé "Kick a Ginger Day", (journée pour tabasser un roux) Cartman fait un exposé sur le fait qu’il déteste les roux et il explique que les roux ont un virus qui les conduit à avoir les cheveux roux, des taches de rousseurs et la peau très blanche, au point de ne pas supporter le soleil… tient tient comme les vampires. Mais ça va se retourner contre lui. Dans l’épisode, il finit par se retrouver teint en roux pendant son sommeil. Il veut ensuite inverser la tendance pour que les roux dominent le monde.

… À une journée mondiale

Et c’est à la suite de cet épisode qu’un Canadien, Derek Forgie, a eu la bonne idée d’inventer cette journée mondiale pour embrasser un roux. La "Kiss a ginger day" contre la "Kick a ginger day".

Il crée d’abord cela sur Facebook. Bref, une manière de prendre le contrepied de cet épisode et de remettre les compteurs à zéro. Il explique dans une vidéo qu’à ce moment, "j’étais déjà dans la trentaine et j’entends parler de l’épisode "Kick a ginger day" et le fait que des enfants étaient tabassés à l’école, un peu partout au Canada, à cause de la couleur de leurs cheveux. Et c’était la première fois que j’avais un minuscule aperçu de cette pression. Et je me suis dit que les personnes de races différentes, ou bien les personnes homosexuelles vivent ce genre de pression tous les jours. Et c’est comme ça que j’ai souhaité répondre de façon comique par la journée "Kiss a ginger day".

Cette dernière est donc célébrée tous les 12 janvier de l’année et ce depuis 2009. Ça fait un bail.

Et comme le dit le site journée mondiale, cette journée ne sert probablement pas à grand-chose, et elle est destinée à celles et ceux qui sont dotés de second degré.

Donc ok, il ne faut pas trop prendre au sérieux cette journée. Mais en voyant ça, on s’est quand même dit que c’était un peu particulier.

Discrimination contre les roux

Il faut dire que la discrimination à l’encontre des roux ne date pas d’hier. D’ailleurs ça porte même un nom, ça s’appelle le "roucisme". Les personnes rousses ne concernent que 1% à 2% de la population mondiale et sont souvent perçues comme une anomalie, depuis l’antiquité. C’est d’ailleurs ce que décrit Valérie André, auteure de Réfléxions sur la question rousse et de La Rousseure infamante, dans plusieurs interviews.

En effet, elle explique, notamment à Slate, que le fait d’être roux résulte de la mélanine. La couleur de la peau ou encore des cheveux sont le résultat, pendant la gestation, d’une synthèse entre deux types de mélanine, la phéomélanine et l’eumélanine. Sauf que pour les personnes rousses, cette synthèse ne se passe pas comme prévu, elle reste bloquée aux phéomélanines, donc il n’y a pas d’autres pigments qui se mélangent. "Celles-ci sont incapables de synthétiser des ultraviolets, ce qui explique que les roux sont plus sensibles aux coups de soleil, aux brûlures…", souligne Valérie André, dans les colonnes de Slate.

Cette professeure de l’ULB, explique également que cette "rareté physiologique" contribue à une forme de discrimination chez les roux.

Et pourtant, à travers l’histoire le "roucisme" semble toujours avoir été présent, alors que les Hommes n’avaient pas en leur possession les connaissances scientifiques actuelles pour expliquer le phénomène. Que ce soit dans l’imaginaire religieux ou bien dans les symboles véhiculés. En effet, les personnes rousses étaient assimilées au feu, une source vitale certes, mais capable de tout détruire sur son passage. Les hommes roux étaient décrits dans les arts comme laids, vils, tandis que les femmes étaient souvent décrites comme des nymphomanes dont il fallait se méfier, représentées tantôt en sorcière, tantôt en prostituée.

Un imaginaire négatif qui se perpétue à travers l’histoire, et que l’on peut encore retrouver de nos jours. Et pour preuve, ce fameux épisode de south park à l’origine de la contre-attaque : la journée mondiale "Kiss a ginger day". "S’il y a une altération des préjugés, ils n’ont pas disparu" à travers l’histoire, indique l’auteure qui ajoute que les préjugés envers les roux sont rarement réprimés. Ce que l’on tolère ou que l’on s’autorise dans la moquerie ou dans les préjugés à l’égard des roux ne pourrait pas passer si on parlait de minorités raciales par exemple. Et c’est là un paradoxe un peu particulier.

Les moqueurs feraient bien de se méfier. Comme l’explique la professeure de l’ULB, Valérie André, à Slate, une personne a 3% de chances de naître roux quelles que soient ses origines. A bon entendeur.

Articles recommandés pour vous