Regions Namur

Journées du Patrimoine : les serres d’Ostin, témoins de la passion pour l’exotisme et l’innovation au 19e siècle

L’actuelle propriétaire des lieux s’est intéressée à leur évolution au fil des siècles

© S. Vandreck

Les origines du château d’Ostin, situé dans la campagne de La Bruyère, remontent au Moyen Âge. Mais ce sont les aménagements qui lui ont été apportés au dix-neuvième siècle qui y sont à l’honneur à l’occasion de ces 34es Journées du Patrimoine, consacrées à l’innovation. Le propriétaire de l’époque, le baron Edouard Mertens était un grand voyageur, féru d’horticulture, d’agronomie et de plantes exotiques. Aux alentours de 1840, il fait construire contre le mur d’enceinte de grandes serres à la structure métallique destinées à abriter ses collections d’orchidées et d’ananas. "Mertens était toujours à l’affût de nouveautés et se rendait pour cela souvent en Angleterre. C’est de là qu’il a ramené en Belgique l’idée des serres arrondies et a construit cette serre ici, qui était également chauffée. Auparavant, les serres étaient en bois, et quand elles étaient en métal, elles étaient rectilignes. C’est grâce au développement des techniques du fer et du verre qu’on a pu construire des serres beaucoup plus imposantes et aux lignes courbes", raconte l’actuelle propriétaire, Sabine Boucher.

Des verrières dont la rénovation est financièrement impossible pour les actuels propriétaires
Des verrières dont la rénovation est financièrement impossible pour les actuels propriétaires © S. Vandreck

Bien avant les serres de Laeken

Aujourd’hui, seules subsistent les serres qui abritent des vignes. Des serres à plantes exotiques, il ne reste plus que la structure métallique, témoin d’une époque riche d’innovations. "Ce serait financièrement impossible de les restaurer, à moins de trouver un riche mécène", explique, à regret, la propriétaire. Mais elles font aussi toujours la fierté des maîtres des lieux : "Elles ont tout de même été construites trente ans avant celles de Laeken", précise encore notre hôtesse. Cette dernière, qui a racheté la bâtisse avec son mari dans les années 80, s’est replongée dans l’histoire du château. Une histoire très riche, du Moyen Âge à la seconde guerre mondiale. Mais le personnage d’Edouard Mertens reste un des plus fascinants. "Il était assez jeune, à peine une trentaine d’années et avait fait de nombreux voyages, grâce à son père qui était armateur. Il s’est passionné pour les plantes et a cherché à améliorer le rendement des terres, par le drainage. Il a d’ailleurs insisté auprès du gouvernement de l’époque pour que cela se généralise", explique encore Sabine Boucher.

Invité par la reine Victoria

Cet homme influent et novateur a même eu l’honneur d’être invité par la reine Victoria à participer à l’exposition universelle de Londres en 1851, qui rassemblait les plus grandes innovations de cette ère de la révolution industrielle. On peut d’ailleurs l’apercevoir sur un tableau représentant l’événement, au milieu d’une foule de gentlemen invités sous les verrières du Crystal Palace, une autre serre aujourd’hui disparue. Edouard Mertens est aussi connu pour avoir fondé une ferme école sur le site du château, préfigurant les facultés d’agronomie de Gembloux. Le projet a tenu quelques années avant que le baron ne parte s’installer à Marseille.

Un château à l’histoire passionnante
Un château à l’histoire passionnante © S. Vandreck

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous