Judo

Judo : 4 mois après la désillusion des JO, Toma Nikiforov repart au combat à Abu Dhabi « J’ai la dalle ! »

Toma Nikiforov de retour à la compétition à Abu Dhabi, 4 mois après la déception des Jeux Olympiques de Tokyo

© Tous droits réservés

Abu Dhabi, capitale des Emirats arabes unis. C’est l’endroit choisi par Toma Nikiforov pour faire son retour sur la scène internationale. 121 jours se sont écoulés depuis sa défaite aux Jeux Olympiques. Tokyo, un souvenir douloureux. Comme à Rio, 5 ans plus tôt, ses JO se sont terminés trop tôt. Une élimination dès le 2ème combat. Ippon après 17 secondes. Une défaite cruelle face à Jorge Fonseca, double champion du monde.

"J’ai vraiment du mal à parler de ça parce que perdre de cette façon… sans pouvoir montrer son jeu, sans pouvoir attaquer, c’est compliqué. Surtout que le gars, je le connaissais. Je l’avais déjà battu peut être 5-6 fois" raconte le judoka belge.

Il m’a provoqué avant le combat. Il dansait un peu. Il me regardait. Il disait...’I am the best, I am the best’

Le Portugais, Jorge Fonseca en mode "guerrier" avant d'affronter Toma Nikiforov aux JO de Tokyo
Le Portugais, Jorge Fonseca en mode "guerrier" avant d'affronter Toma Nikiforov aux JO de Tokyo © Tous droits réservés

Toma Nikiforov se souvient encore très bien des minutes qui ont précédé ce duel. "Il m’a provoqué avant le combat, avant qu’on monte sur le tapis" se rappelle le Bruxellois. "Il dansait un petit peu. Il me regardait. Il me disait... ‘I am the best, I am the best’. En montant sur le tapis, j’ai peut être perdu justement cette seconde de concentration qui lui a permis de marquer ippon".

Le duel tourne court. Ses Jeux sont finis. Toma Nikiforov rentre au pays.

Quand je suis rentré en Belgique, j’étais vraiment dans un trou noir... 

Toma Nikiforov quitte le tatami. Le judoka belge est éliminé dès son combat à Tokyo
Toma Nikiforov quitte le tatami. Le judoka belge est éliminé dès son combat à Tokyo © Tous droits réservés

Le judoka du Crossing Schaerbeek a donc décidé de faire un long break. "Je me suis bien ressourcé en Bulgarie auprès de ma famille et de mes amis. Ça m’a vraiment fait du bien de retrouver du sourire, des sourires et des gens qui étaient vraiment content pour moi et fier de moi malgré ma défaite" ajoute le champion d’Europe. "Je n’ai pas mis de judogi pendant un mois. Et puis, ça m’a titillé. J’ai donc recommencé les entraînements là-bas en Bulgarie. 2-3 fois par semaine. Vraiment comme je le voulais avec des nouveaux partenaires. Puis, j’ai fait de la muscu, j’ai été courir. J’ai fait du tennis, du padel. Vraiment plein de choses. Et j’ai recommencé le 4 octobre ici en Belgique avec une dalle. Je m’amuse vraiment comme un fou à l’entraînement".

J’ai recommencé l’entraînement le 4 octobre avec une dalle.

Herstal, Abu Dhabi avant Sofia... chez ses grands-parents

Toma Nikiforov, concentré sur ses futurs objectifs et l'Euro de Sofia en 2022.
Toma Nikiforov, concentré sur ses futurs objectifs et l'Euro de Sofia en 2022. © Tous droits réservés

Avant de retrouver la concurrence étrangère, Tom Nikiforov s’est dérouillé lors des championnats de Belgique organisé le 11 novembre à Herstal. Une compétition en + 100kg (pour ne pas s’imposer un premier régime avant Abu Dhabi) avec le titre à la clé. Le 2ème de sa carrière au niveau national.

"Reprendre avec un Grand Chelem comme Abu Dhabi directement après autant de temps d’interruption, ça aurait été un choc pour moi" explique le Schaerbeekois. "J’ai pu renouer un peu avec le stress, l’adrénaline, l’arbitrage. Simplement avec le judo. Il y a une grosse différence entre l’entraînement et la compétition. Ça m’a fait beaucoup de bien".

Il a répété ses gammes avant de s’envoler cette semaine pour les Emirats arabes unis. Abu Dhabi, c’est le dernier tournoi de l’année. Un Grand Chelem synonyme de reprise internationale pour Toma Nikiforov. Auteur d’un début de saison canon, le Belge a raflé l’or à Tachkent, le bronze à Tbilissi et le titre européen à Lisbonne. A cause de nombreuses blessures, le Bruxellois a dû cravacher pour décrocher sa qualif olympique, mais cet enchaînement l’a sans doute privé de fraîcheur physique et mentale au Japon.  

"Physiquement, j’étais plus ou moins bien. Mais mentalement, c’est vrai que j’étais fatigué" explique le Belge de 28 ans "Malheureusement, c’est fini ! On ne peut pas revenir en arrière. C’est pour ça que j’essaie de juste prendre le positif. Et le positif des Jeux Olympiques, c’est que je ne me suis pas blessé. Je peux reprendre ma saison en pleine forme et préparer Paris normalement".

L'Euro aura lieu à Sofia, chez mes grands-parents. Ils vivent juste derrière la salle

Paris 2024, c’est dans moins de 3 ans. Mais avant les JO, il y aura l’Euro. Un rendez-vous qui aura une saveur particulière pour le champion d’Europe en titre.

"L’année prochaine, les championnats d’Europe auront lieu à Sofia" raconte le judoka d’origine bulgare. "C’est derrière chez mes grands-parents. Ils vivent vraiment derrière la salle. Beaucoup de monde m’attendra là-bas. Je suis impatient parce que je n’ai jamais combattu là-bas. Ma famille va pouvoir enfin se déplacer et me voir en vrai parce qu’ils me suivent via internet et ce n’est pas la même chose. Ma vraie maison, c’est bien sûr ici en Belgique, mais là-bas, ça fait toujours plaisir d’avoir du soutien supplémentaire d’un autre pays".

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous