Belgique

Kern sur le pouvoir d'achat et les pensions : les discussions sur le rapport des experts reprendront dans le cadre du budget

© © Tous droits réservés

04 juil. 2022 à 12:19 - mise à jour 04 juil. 2022 à 19:27Temps de lecture3 min
Par Belga, édité par Adeline Louvigny

La discussion du rapport du groupe d'experts sur le pouvoir d'achat et la compétitivité des entreprises se poursuivra dans le cadre de la confection du budget 2023, a-t-on appris lundi de source gouvernementale alors que le gouvernement était réuni en comité restreint.

Le gouvernement se réunissait ce lundi, 18h30, en comité restreint. Il poursuit ses travaux sur la réforme des pensions et le pouvoir d'achat. Les principaux ministres de l'équipe De Croo ont reçu des mains du gouverneur de la Banque nationale, Pierre Wunsch, le rapport final des sept experts qu'ils ont mandatés sur la question du pouvoir d'achat et de la compétitivité des entreprises.

Aucune décision n'est attendue ce lundi. Il faudra sans doute patienter d'ici au 21 juillet, quand commencent les vacances parlementaires, pour que certains points soient tranchés. En matière de pouvoir d'achat, on rappelait de source gouvernementale qu'un bon nombre de mesures avaient déjà été prises pour permettre aux ménages de faire face à la flambée des prix de l'énergie (tarif social élargi, baisse de la TVA et des accises, chèque mazout, etc.) et prolongées. En d'autres termes, de nouvelles décisions sont plutôt attendues après l'été, quand le gouvernement confectionnera son budget 2023.

Le thème du pouvoir d'achat avait déjà fait l'objet d'un rapport intermédiaire à la mi-juin. Les pistes proposées approfondissent une série d'options déjà présentées à ce moment-là. Divers domaines d'action sont étudiés pour limiter la consommation d'énergie, aider les personnes dont les revenus sont juste au-dessus du minimum, accélérer l'indexation des barèmes fiscaux, adapter les systèmes de TVA et accises, obliger les fournisseurs d'énergie à offrir des tarifs fixes et variables, instaurer une forme de chômage économique énergétique ou augmenter le taux d'emploi.

MR et CD&V critiques

Certaines mesures concrètes ont déjà provoqué un tir de barrage dans les rangs politiques, comme, du côté libéral, la suppression des cartes essence pour les déplacements privés. Le président du MR n'a d'ailleurs pas caché tout le mal qu'il pensait du rapport. "Le rapport des experts est décevant. La BNB constate un problème de compétitivité et de déficit public. Les recommandations portent sur tout sauf la compétitivité et accroissent le déficit. Il y a des gadgets militants comme la réduction de la vitesse sur autoroute", a écrit Georges-Louis Bouchez sur Twitter.

Le CD&V s'est également montré critique, en prenant aussi pour cible aussi la limitation de vitesse ou de température dans les bureaux. "Paternalisme au plus haut niveau. Les gens sont parfaitement en état d'adapter leur comportement en fonction de leur porte-monnaie sans que les autorités ne viennent leur dire ce qu'ils doivent faire", a lancé le président, Sammy Mahdi. D'autres pistes trouvent par contre grâce à ses yeux, comme une réforme de la TVA intelligente couplée aux accises, ou l'augmentation du salaire net des travailleurs. "Nous sommes contents que les experts soutiennent les propositions du ministre des Finances, Vincent Van Peteghem."

Des pistes "intéressantes" pour les socialistes

Du côté des socialistes, l'on jugeait aussi que certaines des pistes étaient "intéressantes", comme une indexation plus régulière des salaires, l'obligation de proposer des tarifs fixes dans les contrats d'énergie ou encore l'indexation des barèmes fiscaux avec des mesures redistributives.

Il est à noter que les experts se distancient aussi en partie des mesures déjà prises par le gouvernement, par exemple quand il s'agit des baisses de TVA généralisées ou de l'extension du tarif social qui coûtent cher aux finances publiques et ne donnent pas un bon signal en termes de consommation, selon eux. Ils proposent des chèques énergie liés aux revenus tels qu'établis par la dernière déclaration fiscale.

Dans le monde patronal, l'organisation flamande Voka a quant à elle répété sa revendication d'un saut d'index de 3% qui serait corrigé par une prime nette de 500 euros de manière à préserver la compétitivité des entreprises mise à mal par l'indexation des salaires.

Les pensions ont été à l'ordre du jour du "kern" samedi, avant que le dossier ne reparte dans des réunions intercabinets qui se sont poursuivies lundi. Quatre sujets sont examinés: le bonus pension, la pension partielle, l'accès à la pension minimale et la réduction de l'écart entre les hommes et les femmes. Même si le tempo s'est accéléré, aucune décision n'était attendue ce lundi.

Sur le même thème : Extrait QR le débat (23/06/2022)

Maxime Prévot et David Clarinval proposent d'augmenter la tranche exonérée d'impôts pour augmenter le pouvoir d'achat

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Réforme des pensions : pas d'accord au bout d'un week-end de travail

Belgique

Réforme des pensions : les travaux du gouvernement ont repris en comité restreint

Politique

Articles recommandés pour vous