RTBFPasser au contenu
Rechercher
Icône représentant un article video.

Roland Garros - Tennis

Kimberley Zimmermann : "Quand on est gosse, on ne pense pas devenir un jour joueur de double"

Kimberley Zimmermann : "Quand on est gosse, on ne pense pas devenir un jour joueur de double"

Roland-Garros

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La paire belge de double formée par Maryna Zanevska et Kimberley Zimmermann a sorti les têtes de série numéro cinq ce vendredi au deuxième tour de Roland-Garros. Un joli exploit que "Kim" Zimmermann apprécie d’autant plus qu’elle sort d’une période compliquée qui l’a poussée à abandonner le simple au profit du double. La joueuse de 26 ans a eu un déclic au moment du Covid. Entretien.

"Maryna m'apporte beaucoup de sérénité"

© Tous droits réservés

Comment vous sentez-vous ?

"Je suis très heureuse. C’est une première fois pour moi à Roland-Garros, j’étais déjà très contente d’y participer. Donc atteindre le troisième tour, ce n’est pas quelque chose que j’aurais imaginé en arrivant ici. Je suis vraiment super heureuse."

Vous avez semblé beaucoup vous amuser et bien vous entendre avec Maryna pendant la rencontre ?

"On s’entend très bien, que ce soit sur comme en dehors du court. Elle m’apporte vraiment beaucoup de confiance et de sérénité sur le terrain. Elle, venant du simple, c’est peut-être un peu moins important pour elle que pour moi le double. Puis, c’est vrai que d’avoir quelqu’un à côté de moi qui est un peu plus calme, un peu plus relax, ça m’a beaucoup aidée. On est très souriante et on s’entend vraiment bien."

Quelles étaient vos ambitions dans ce double et ont-elles évolué ?

"Les ambitions c’était surtout de prendre du plaisir, de profiter de chaque instant parce que c’est la première fois pour moi. Je suis vraiment heureuse d’être ici, c’est vrai que j’essaie de profiter encore et encore. On ne sait pas jusqu’où on peut aller. On se complète très bien et on espère aller encore plus loin."

Le résultat purement sportif est particulièrement satisfaisant…

"Sportivement parlant, on a battu les cinquièmes têtes de série aujourd’hui. Ce sont des filles qui ont déjà joué très souvent ensemble et qui ont réalisé de très bons résultats. On a vraiment pris ce match comme un nouveau départ, et on a passé un tour en plus donc pourquoi pas aller encore un peu plus loin."

Public belge

"L’ambiance était incroyable, déjà au premier match, mais ici encore plus. Il y avait énormément de monde, on essaie vraiment de profiter et d’engranger le plus de positivité possible."

"Je sais d'où je viens et à quel point ça a été difficile"

Pourquoi arrêter le simple pour se consacrer au double ?

"Le simple était un peu compliqué pour moi avec le covid sur des plus petits tournois. J’ai décidé de poursuivre en double parce que mon classement me permettait d’accéder à des plus gros tournois. Je pense qu’ici, encore une fois, je me prouve que j’ai fait le bon choix et que c’était une décision judicieuse."

Le fait de passer en double vous permet de retrouver du plaisir ?

"J’ai vraiment retrouvé le plaisir de jouer au tennis. En simple ça a été très compliqué, surtout sur la fin. Rejouer en double et partager le terrain avec quelqu’un d’autre ça m’a beaucoup aidée."

Votre histoire dans le tennis prouve que, même si on est professionnel, si on n’est pas dans le haut du classement mondial, c’est quand même compliqué…

"C’est très compliqué en simple quand on est aux alentours de la 200e, 300e place tant financièrement que sportivement. C’est très dur. Maintenant quand je suis dans les plus gros tournois comme ici, j’en profite vraiment parce que je sais d’où je viens et à quel point ça a été difficile. Donc c’est vrai que d’être ici, à Roland, c’est vraiment incroyable."

Est-ce le début d’une deuxième carrière ?

"Oui, c’est vraiment une deuxième carrière. Quand on est gosse, on ne pense pas vraiment devenir joueuse de double, on pense devenir joueuse de simple, on voit les meilleures joueuses de simple. Je n’y aurais pas pensé de moi-même en étant enfant, mais je profite vraiment de chaque instant dans cette carrière de double."

Vos objectifs à Roland et pour la suite ?

"Avec ce tournoi-ci, je vais me rapprocher du top 50, j’aimerais pouvoir participer à tous les Grand-Chelem en double, et monter plus haut dans le classement et pourquoi par s’installer dans le top 50. Voir plus haut par la suite. Le plus important pour moi c’est de pouvoir afficher mon niveau de jeu dans tous les matches."

Un conseil pour des joueurs et joueuses en plein doute ?

"Il faut toujours croire en ses rêves. J’ai essayé pendant très longtemps en simple, dans mon cas l’élément déclencheur a été le covid. J'ai pris cette voie différente mais il n’y a pas une carrière moins bonne qu’une autre, le simple, le double, ça vaut le coup. On est sur les mêmes tournois que les meilleurs et c’est chouette de pouvoir vivre ça aussi."

Aucun regret ?

"Non je n’ai pas vraiment de regrets, j’aurais aimé être plus haut en simple mais c’est un choix que j’ai fait et je ne le regrette pas."

Articles recommandés pour vous