Monde Europe

L'agresseur présumé d'Yvan Colonna inculpé

Yvan Colonna avant son arrestration en Corse le 23 février 2011

© Getty Images

06 mars 2022 à 20:08Temps de lecture2 min
Par Belga

Un homme a été mis en examen (inculpé) dimanche pour "tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste" après l'agression en prison du militant indépendantiste corse Yvan Colonna.

L'agresseur présumé a été inculpé dimanche pour "tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste" par des juges d'instruction du tribunal judiciaire de Paris, a indiqué une source judiciaire à l'AFP.

Franck Elong Abe, 35 ans, qui purgeait déjà plusieurs peines à la prison d'Arles, a été placé en détention provisoire dans le cadre de cette information judiciaire également ouverte pour "association de malfaiteurs terroriste".

Crime terroriste

Devant la presse, le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard a souligné que "pour la cinquième fois depuis 2016, c'est dans un établissement pénitentiaire qu'un crime terroriste a été commis par les djihadistes".

Les faits commis à dans une maison d'arrêt mercredi "démontrent que cette menace djihadiste portée par des personnes détenues pour des faits de terrorisme radicalisées reste un sujet de préoccupation majeur", a-t-il ajouté.

L'enquête s'attachera à "retracer avec la plus grande minutie le parcours en détention" de l'agresseur, "déterminer la totalité de ses contacts notamment parmi les personnes partageant son idéologie" et "éclaircir les éventuelles interactions (...) susceptibles d'avoir joué un rôle dans les faits", a précisé M. Ricard.

Agressé pour avoir blasphémé

Franck Elong Abé, qui purgeait plusieurs peines, dont une de neuf ans pour "association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un acte de terrorisme", a, lors de sa garde à vue, expliqué son acte "par ce qu'il considérait comme des blasphèmes" proférés selon lui ces derniers mois par Yvan Colonna, a indiqué M. Ricard.

Le militant corse aurait notamment déclaré quelques jours avant l'agression qu'il "crachait sur Dieu", selon M. Ricard.

Retraçant le déroulement de l'agression, le procureur a déclaré que "l'acharnement systématique déployé par le mis en cause" ne laissait "que peu de doutes sur son intention homicide".

L'agression a eu lieu dans une salle de sport où se trouvaient les deux hommes.

Il a "pendant plus de huit minutes (...) porté des coups violents à la victime" et "mis en œuvre des techniques de strangulation et d'étouffement, y compris en utilisant des sacs poubelle et des serviettes", selon le procureur Ricard.

Le pronostic vital d'Yvan Colonna est "toujours engagé", selon M. Ricard.

Depuis l'agression, plusieurs manifestations ont eu lieu en Corse, rassemblant des milliers de personnes.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous