Regions Liège

L'Alliance française de Liège organise un concours de lecture pour les élèves de 5e et 6e secondaire

© RTBF

18 mars 2022 à 13:25 - mise à jour 18 mars 2022 à 16:34Temps de lecture2 min
Par Marc Mélon avec C. Adam

La semaine du livre organisée par la RTBF se termine le 20 mars. Dans la foulée, à Liège, l'Alliance française organise un concours de lecture. Il est destiné aux élèves de 5e et 6e années du secondaire.

Comment se prépare-t-on à ce type d'épreuve qui se déroulera en public? Et comment les enseignants donnent-ils à leurs élèves le goût de la lecture?

Nous nous sommes rendus au Lycée Saint-Jacques, à Liège, dans une classe de 5e année de l'enseignement général.

Dans cette classe de 5e, la lecture à voix haute est au centre de l'apprentissage.
Dans cette classe de 5e, la lecture à voix haute est au centre de l'apprentissage. RTBF

Dans cette école de Liège, deux élèves vont participer au concours de lecture. Et un concours, cela se prépare.

Un défi personnel pour les élèves

Les deux professeures de français formulent des remarques et donnent des conseils aux élèves qui présentent leur lecture devant la classe. Et les participantes au concours sont motivées. Elles veulent relever un défi en lisant publiquement.

"Le fait d'être exposée à des gens que je ne connais pas, ou même à des gens que je connais très bien, comme les membres de ma famille ou mes amis, ça pourra m'aider à surpasser cette angoisse que j'ai du regard des autres, cette peur qui m'habite depuis toujours" confie Anaïs.

Anaïs, élève de 5e au Lycée Saint-Jacques.

"Je pense que ce serait un gros avantage de gérer ce stress et cette peur dans ma vie future" ajoute la participante au concours.

Inès, élève de 5e au Lycée Saint-Jacques.

"Le public déjà, c'est une source de stress en plus" constate Inès, "et puis, lire dans sa tête, ça se corrige tout seul, mais lorsqu'il faut parler devant tout le monde, c'est plus compliqué, il faut bien articuler, et ralentir."

C'est à nous, professeurs, de leur donner l'envie de lire

Les enseignantes se démènent pour donner à leurs élèves le goût de la lecture. "Je pense que depuis toujours, il y a des petits lecteurs et des gros lecteurs" explique Yvette Spronck, professeure de français. "Maintenant, la place de l'écran est telle dans cette génération d'adolescents que le fait de lire est une démarche qui demande un effort. Et à ce niveau-là, c'est à nous, professeurs, de donner toujours cette envie, et de donner cette envie de faire l'effort."

Ariane Flechet et Yvette Spronck, les professeures de français.
Ariane Flechet et Yvette Spronck, les professeures de français. RTBF - Marc Mélon

"Je lis énormément, et ce que je fais assez souvent, c'est que je partage mes lectures avec les élèves" explique Ariane Flechet, également professeure de français. "Quand il y a un livre qui m'a beaucoup plu, j'en parle avec eux. J'essaye de leur transmettre ce goût-là. Ça ne fonctionne pas à tous les coups, loin de là, mais au moins, j'essaye d'instiller dans leur esprit une ouverture, une curiosité, et je peux proposer des extraits d'ouvrages très différents."

Le concours de lecture organisé par l'Alliance française se déroulera le 24 mars au Théâtre de Liège. Les textes qui seront lus sont extraits des livres d'Amélie Nothomb.

Articles recommandés pour vous