RTBFPasser au contenu
Rechercher

L'ancien patron de la Commission des Jeux de hasard poursuivi pour avoir incité au hacking

Le palais de justice de Bruxelles.
28 mai 2021 à 13:53Temps de lecture1 min
Par Belga

Peter Naessens, l'ancien directeur général de la Commission des Jeux de hasard, est inculpé d'incitation au hacking alors que l'ancien directeur technique (IT), Norbert Boyen, est poursuivi pour piratage, rapporte La Dernière Heure. L'information a été confirmée par le parquet de Bruxelles. Les deux hommes devront répondre le 1er juin devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. C'est également mardi que Peter Naessens doit comparaître pour avoir revendu illégalement du matériel informatique de la Commission.

En février 2020, on apprenait que le Centre Intégrité (CINT) du Médiateur fédéral avait ouvert quelques mois plus tôt une enquête sur de probables cas de fraude et corruption au sein de la Commission des Jeux de hasard. Les enquêteurs avaient saisi des ordinateurs et plusieurs membres du personnel avaient été entendus. Ils font état dans leurs conclusions de cinq atteintes graves à l'intégrité, comme abus de fonds publics, interception de courriels, abus de pouvoir et le fait d'avoir reçu des cadeaux provenant de sociétés de paris.

Quatre responsables écartés

Le ministre de la Justice de l'époque, Koen Geens, avait écarté quatre responsables de la Commission des Jeux de hasard: le président Etienne Marique, le directeur général Peter Naessens, le directeur technique Norbert Boyen et l'officier de liaison de la police judiciaire, Patrick Hubeau.

De son côté, le parquet de Bruxelles poursuit aujourd'hui MM. Naessens et Boyen devant le tribunal correctionnel. Les deux hommes sont inculpés pour interception, prise de connaissance et enregistrement de communications non accessibles au public sans le consentement de tous les participants à ces communications, alors que Norbert Boyen est également poursuivi pour piratage interne et Peter Naessens pour incitation au hacking.

Ce dernier doit également répondre de revente illégale de matériel informatique de la Commission des jeux de hasard. Plusieurs anciens serveurs auraient ainsi disparu des locaux de la Commission et se seraient retrouvés sur le marché privé moyennant la somme de 6000 euros.

Jeux de hasard: le réveil des casinos (JT 05/06/2020)

Jeux de hasard : Le réveil des casinos

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

L'ancien patron de la Commission des Jeux de hasard condamné pour incitation au piratage

Regions Bruxelles

Articles recommandés pour vous