RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Bruxelles

L'asbl de micro-finance MicroStart promeut l'entrepreneuriat féminin cette semaine

Jarine Siassia dans son nouveau salon d'esthétique
18 nov. 2020 à 11:22Temps de lecture2 min
Par Philippe Carlot

A Bruxelles, moins d'un tiers des entrepreneurs sont des femmes. L'asbl MicroStart, active dans la micro-finance et l'accompagnement de projets entrepreneuriaux, a décidé de promouvoir l'inclusion des femmes via la création de petites entreprises, au moyen d'une campagne digitale qui met en avant des exemples concrets de projets développés avec son aide. 

Jarine, de la puériculture à l'esthétique

Au nombre des projets soutenus par MicroStart figure celui de Jarine Siassia. Cette jeune trentenaire a suivi une formation de puéricultrice avant de se rendre compte que le travail en crèche ne correspondait pas à ses attentes et de se réorienter. Elle suit une formation d'esthéticienne en cours du soir et, faute de trouver un emploi salarié stable, se décide à lancer sa propre affaire. Jarine Siassia a ouvert une boutique chaussée de Wavre, à Ixelles, quasiment en face du Muséum d'Histoire naturelle. 

Souhaitant offrir une gamme de services plus étendue que la simple manucure, la jeune entrepreneuse a fait appel à MicroStart pour son développement. Elle s'apprête à emménager dans une plus grande surface, à quelques mètres à peine de son ancien magasin. C'est dans un espace encore en travaux qu'elle nous a accueilli pour nous retracer son parcours. "Mon premier salon, je l'ai ouvert du côté de Madou mais ça n'a pas fonctionné parce que je manquais d'expérience et je ne savais pas vraiment comment m'y prendre. J'ai rencontré pas mal de difficultés avec les banques "classiques" et puis j'ai entendu parler de MicroStart via un ami qui travaille dans une banque. J'ai fait appel à eux pour m'aider à développer mon commerce." 

Financement et accompagnement

L'asbl ne se limite pas au financement des "starters", comme on les appelle. "J'ai un coach", détaille Jarine Siassia. "Il m'appelle régulièrement, il m'accompagne dans mon développement, il m'aide aussi beaucoup dans la communication pour pouvoir développer mon business". 

MicroStart est une structure non marchande qui allie donc micro-crédit et accompagnement des starters. Elle collabore avec les opérateurs publics comme Actiris ou le Forem et bénéficie d'importants soutiens publics aussi bien à l'échelon belge qu'européen. Son objectif, c'est d'aider des personnes souhaitant créer leur entreprise mais qui n'ont pas accès au crédit bancaire. "On s'adresse donc en particulier à des personnes qui sont au chômage, qui bénéficient de revenus d'insertion auprès des CPAS pour leur permettre de créer leur propre emploi", explique Emmanuel Legras, le CEO de MicroStart. Parmi les bénéficiaires de micro-crédits (d'un montant maximal de 25.000 euros) on trouve aussi beaucoup de réfugiés et de migrants qui ont ainsi pu s'insérer sur le marché du travail. MicroStart estime qu'un euro investi dans ces créations de micro-entreprises en rapporte 4 au final. 

Articles recommandés pour vous