RTBFPasser au contenu
Rechercher

L'asbl "Un œil et puis l'autre" a besoin de soutien

24 déc. 2021 à 12:55Temps de lecture1 min
Par Nicolas Lefèvre

Alors que des voix s'élèvent contre la fermeture des lieux culturels, Xavier Al Charif a récemment diffusé une vidéo dans laquelle il interpelle directement la ministre de la Culture, Bénédicte Linard.

L'animateur de l'asbl "un œil et puis l'autre", qui propose des ateliers en itinérance à l'éveil critique par l'image dans toute la province de Luxembourg, dénonce un manque de considération de la part des autorités. Il lance aujourd'hui un appel à l'aide suite aux pertes liées à la crise sanitaire : sa candidature n'ayant pas été retenue dans le cadre d'un appel à soutien lancé par la Fédération Wallonie-Bruxelles en juillet dernier alors qu'il a rempli les conditions.

"Il fallait justifier un équivalent temps plein et une perte d'au moins 7500 euros pour avoir une aide" explique Xavier Al Charif qui exploite également une boutique à Redu, dans la commune de Libin. "En septembre-octobre, j'ai des premiers retours où ils me demandent des précisions par rapport au dossier donc je me dis "chouette, il est vu et entendu". Et puis, je reçois une signification comme quoi je n'ai pas accès aux aides, mais plutôt à un forfait de 2500 euros. Ils ont considéré qu'un temps plein n'est plus un 38h/semaine, mais un montant de plus de 34.000 euros que je n'atteins pas".

Un critère alambiqué qui pose question, mais que Xavier Al Sharif estime tout de même avoir rempli du fait que le cabinet de la ministre de la Culture n'a pas retenu certaines charges. "Il serait temps que les politiques laissent le surréalisme aux artistes. Car au-delà de la boutique, c'est l'asbl qui est mise en péril. Tout le projet d'ateliers créatifs nomades et d'accès à la culture pour tous dans une région rurale où la mobilité n'est pas évidente. On m'a proposé d'autres aides aussi, mais qui finalement n'arrivent pas en temps et en heure. Là, on se retrouve le 24 décembre à ne pas savoir si l'emploi sera maintenu ou si l'on devra déclarer l'asbl en faillite parce que la situation est financièrement catastrophique".

 


 

Articles recommandés pour vous