Monde

L'éducation, "source de grande division", regrette le chef de l'ONU

Rentrée des classes à Erbil, capitale du Kurdistan irakien.

© SAFIN HAMED / AFP

19 sept. 2022 à 15:08Temps de lecture2 min
Par Belga, édité par Théa Jacquet

Les systèmes éducatifs "ne sont pas à la hauteur", creusant "souvent les inégalités" et devenant une source de "grande division", a regretté lundi le secrétaire général de l'ONU à l'ouverture d'un sommet sur l'éducation en prélude à l'Assemblée générale annuelle.

"Même dans les pays développés, les systèmes éducatifs creusent souvent les inégalités au lieu de les réduire et ce, de génération en génération", a déclaré Antonio Guterres, dénonçant des structures qui "laissent tomber les élèves et les sociétés en favorisant l'apprentissage par coeur et la course à la meilleure note".

Loading...

"Au lieu de nous rapprocher, l'éducation est en train de devenir une source de grande division", a-t-il ajouté, notant que dans les pays pauvres, 70% des enfants de 10 ans sont incapables de lire un texte élémentaire.

"À l'heure de la désinformation galopante, du déni climatique et des attaques portées aux droits humains, nous avons besoin de systèmes éducatifs qui distinguent les faits des théories du complot, inculquent le respect de la science et célèbrent l'humanité dans toute sa diversité".

Quelque 90 chefs d'Etat et de gouvernement avaient initialement confirmé leur présence à ce sommet qui ouvre la semaine de haut niveau de l'Assemblée générale annuelle des Nations unies. Mais après la mort d'Elizabeth II le 8 septembre, nombre d'entre eux étaient lundi à Londres pour les funérailles de la reine. Une cinquantaine de dirigeants étaient malgré tout présents à New York pour ce sommet sur l'éducation, selon les organisateurs.

Un appel à l'unité face aux multiples crises

Au-delà de l'éducation, Antonio Guterres a de nouveau appelé à l'unité face aux multiples crises que le monde doit affronter, du réchauffement climatique à la pandémie de Covid-19, sans oublier les conflits. "Si nous sommes unis, l'humanité surmontera tous les périls. Mettons-nous au travail. Remettons notre monde sur la bonne voie", a-t-il martelé, alors que cette Assemblée générale risque de mettre en lumière les divisions profondes de la communauté internationale.

À partir de mardi, quelque 150 dirigeants du monde entier vont défiler à la tribune de l'Assemblée générale. Après deux années de réunions au moins en partie virtuelles, c'est le retour cette année à des discours en personne, à l'exception du président ukrainien Volodymyr Zelensky à qui les Etats membres ont donné une autorisation spéciale d'envoyer un message vidéo, malgré l'opposition de la Russie.

L'invasion de l'Ukraine par la Russie et ses conséquences notamment sur la sécurité alimentaire mondiale seront au coeur de cette semaine de haut niveau.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous