RTBFPasser au contenu
Rechercher

Tous les sports

L'escrime, sport "covid friendly"

22 août 2020 à 05:00Temps de lecture2 min
Par David Bertrand

Et s'il existait des sports "Covid-friendly"? Des sports qui sont naturellement adaptés aux mesures sanitaires en vigueur?
C'est la question qu'on s'est posés un peu en rigolant à la rédaction. Et puis on en a proposé un: l'escrime!
Port du masque obligatoire et distanciation sociale de rigueur, tous les ingrédients sont en effet réunis.
Mais nous sommes quand même allés voir si tout ça se confirmait à l'occasion d'un stage des élites francophones de la fédération à Thionville dans le nord de la France. En arrivant sur place, on a très vite remarqué ces petits box individuels pour permettre à chaque athlète de s'équiper à distance respectable des autres et puis on a regardé le début des combats. Et là, on a vite compris qu'au niveau distanciation sociale, il n'y avait pas grand chose à dire. Puisque le principe du jeu, c'est justement de rester intouchable et donc à distance raisonnable de son adversaire. "Notre épée fait 1 mètre 10" explique François-Xavier Férot l'un des meilleurs épéistes belges. "A cela s'ajoute l'allonge du bras. Donc oui, nous sommes quasiment tout le temps à distance raisonnable de notre adversaire. Certes, il y a parfois des cors à corps mais qui sont très brefs et de toutes façons protégés par le gant, le masque et la combinaison."
Et cette distance, et bien c'est justement l'argument qui a permis à l'escrime de pouvoir reprendre avant les sports de combat puisque l'épée, le fleuret et le sabre ont été été classés comme des sports d'opposition (et non pas des sports de combat) comme le tennis par exemple.
L'autre règle sanitaire à respecter, c'est le port du masque. Là aussi, difficile de faire mieux puisque le masque est logiquement obligatoire pour la pratique des sports d'arme. Le souci à présent c'est la reprise des compétitions.
Rien de programmé encore tant au niveau belge qu'international. Mais une chose est sûre quelques règles vont changer comme le salut par exemple, cette poignée de main traditionnelle désormais interdite et remplacée par un check du coude. Et d'autres adaptations de règlements bien plus surprenantes. "Lorsqu'un combattant attaque, il a souvent le réflexe de crier pour appuyer son geste" explique Frédéric Fenoul, l'entraîneur fédéral. "Mais ce sera désormais interdit pour éviter les projections de postillons. Il va donc falloir s'adapter et essayer d'oublier cette habitude."

Comme tous les autres sports, la pratique de l'escrime a été bouleversée par la crise sanitaire. Mais elle est parvenue à s'adapter avec, il est vrai, quelques facilités

 

Articles recommandés pour vous