RTBFPasser au contenu
Rechercher
L'histoire mythique de l'Union Saint-Gilloise (3/4) : De la Coupe d’Europe à l’enfer de la relégation
Football

L'histoire mythique de l'Union Saint-Gilloise (3/4) : De la Coupe d’Europe à l’enfer de la relégation

09 juin 2022 à 11:59Temps de lecture3 min
Par Pascl Scimè

    Après son triplé historique du début des années 30, l’Union terminera encore trois fois sur le podium mais la 2e guerre mondiale va marquer un tournant dans l’histoire des Bruxellois. Les " jaune et bleu " n’arriveront plus à retrouver leur lustre d’antan. L’âge d’or semble révolu et L’Union 60 n’est plus qu’un lointain souvenir. Lors de la saison 1948-1949, le club sera même relégué en division 2 pour la première fois de son histoire. La RUSG remontera deux ans plus tard et parviendra à se stabiliser parmi l’élite. Une division 1 où les têtes d’affiche se nomment dorénavant le Sporting d’AnderlechtFC Liège ou le Standard.

    Mais l’Union reste attractive. À tel point qu’elle va être invitée à participer aux premières Coupe d’Europe. Elle dispute d’ailleurs la 2e édition de la Coupe des Villes de Foires (l’ancêtre de l’Europa League) organisée entre 1958 et 1960.

    Lors de cette édition, l’USG devient le premier club belge à atteindre une demi-finale européenne.

    Après avoir éliminé Leipzig et l’AS Roma, les Saint-gillois seront éliminés par une équipe de Birmingham City beaucoup trop forte (les Anglais seront balayés par le FC Barcelone en finale). Mais le parcours de l’Union force le respect. Les Bruxellois participeront encore à quatre éditions de cette compétition mais n’iront jamais plus loin que les huitièmes de finale. L'Union jouera son dernier match européen en octobre 1964 et s'apprête donc à retrouver l'Europe près de 58 ans plus tard.

    Un public nombreux au Parc Duden
    Lors d'une tournée africaine, l'Union rencontre Léopoldville en 1957.

    La Coupe d'Europe avant la descente aux enfers","subtitle":"De la gloire à la faillite

    Affiche du match de Coupe des Villes de Foires Union - Olympique de Marseille.
    Affiche RUSG - Juventus de 1964, à ce jour dernier match européen de l'Union.

    La Coupe d’Europe n’aura été qu’une belle parenthèse car sur la scène nationale, l’Union est reléguée lors de cette même saison 64-65. Peu de hauts et beaucoup de bas, durant cette période le club aura droit à une dernière pige en division 1 en 1972-73. La dernière avant un sacré bout de temps.

    " L’Union fait partie de l’histoire de notre football et ne plus la voir en 1re division, ça faisait quelque chose. Alors que nos voisins d’Anderlecht ou de Molenbeek jouaient en D1, nous avons eu des années de vaches maigres. C’était vraiment moche ! " se souvient Philippe Canion qui, enfant, accompagnait les joueurs sur le terrain.

    L’année de son 75e anniversaire, le club quitte la D1 et touchera le fond le 13 octobre 1976 lorsque le Tribunal de commerce de Bruxelles prononce la faillite.

    Une banqueroute, fruit d’une série de choix sportifs et financiers insensés.

    Derrière cette gestion hasardeuse, un homme, Ghislain Bayet. Un jeune avocat de 28 ans qui s’est emparé de la présidence. Rapidement, il fait le vide autour de lui et, bien avant les " Galactiques ", invente le concept des " Millionnaires " de Saint-Gilles ! Un recrutement et des salaires XXL pour un club qui joue désormais en D3. L’une des vedettes de l’époque, Jan Verheyen sera d’ailleurs repris en équipe nationale. Du jamais vu. Bayet nourrit de grosses ambitions. Il rénove le stade à coups de millions et envisage les projets les plus fous comme l’agrandissement des tribunes ou la construction d’une piscine couverte.

    Les dettes se chiffrent en dizaines de millions de francs. Le club évite de peu la radiation grâce à l’œuvre du curateur, à la solidarité des Bruxellois (supporters molenbeekois et anderlechtois, sympathisants ou hommes politiques) et de plusieurs artistes. " La nouvelle coopérative Royale Union Saint-Gilloise " voit le jour en décembre 1976. Le club est sauvé mais rate la montée en D1 de peu. Il devra désormais mettre ses ambitions de côté durant plusieurs décennies. L’équilibre financier reste précaire. L’Union va même toucher le fond et goûter aux fruits amers de la Promotion, la 4e division belge au début des années 80. " Quand on était en Promotion ou que nous végétions dans le fond de la division 3, aucun supporter ne croyait en un retour… Il n’y avait pas d’argent, pas d’investisseur. Personne n’y croyait mais on a continué à suivre l’équipe. " Après deux saisons à découvrir des clubs de village du calibre de BorgerhoutMerksemCiney ou Mormont, l’Union quitte la Promotion et n’y remettra plus jamais les crampons.

    Durant les quatre décennies qui suivront, l’Union fera l’ascenseur entre la D2 et la D3 jusqu’à l’accession en D1A en 2021.

    Philippe, supporter de l'Union

    Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

    Articles recommandés pour vous