RTBFPasser au contenu

Psychologie

"L'homme déconstruit" : mythe ou réalité ?

"L'homme déconstruit" : mythe ou réalité ?
19 mars 2022 à 11:002 min
Par RTBF avec AFP

Cet homme est-il déconstruit ? Une question que les femmes, qu'elles soient en couple ou célibataires, sont manifestement de plus en plus nombreuses à se poser à propos de leur actuel ou futur partenaire, dévoile un nouveau sondage. Mais qu'entend-on exactement par "déconstruit" ?

70% des femmes souhaiteraient un compagnon "déconstruit"

Concept en vogue et directement ancré dans la mouvance féministe, la "déconstruction" se réfère à la capacité d'un individu de se questionner pour mieux s'émanciper de certains stéréotypes sociétaux, en particulier ceux qui sont associés au genre

En 2022, le concept de l'homme déconstruit correspond-il à un mythe ou à une réalité ? Pour en savoir plus, l'Institut Ifop a réalisé une enquête* pour le site de rencontres Wyylde auprès de 2000 personnes représentatives de la population française. 

Chez les Françaises, la volonté de faire sa vie amoureuse avec un "homme déconstruit" semble bien établie : elles sont 70% à partager cet avis. Celles qui sont en couple affirment même que leur souhait est d'ores et déjà réalisé puisque 61% perçoivent leur conjoint actuel comme tel. 

Qu'en pensent les hommes ?

Du côté des hommes, le concept ne semble pas inconnu non plus puisqu'ils sont 54% à se déclarer "déconstruits" et 57% à souhaiter le devenir, précise le sondage. Mais ce pourcentage varie fortement selon l'âge, la classe sociale et les opinons politiques.

À titre d'exemple, deux tiers des hommes sondés ne voient pas d'inconvénient au fait de vivre en couple avec une femme qui gagne mieux sa vie, de prendre un congé parental pour permettre à leur compagne de travailler (80%) ou encore de vivre avec une femme qui effectuerait moins de tâches ménagères qu'eux (80%). 

En progrès mais peut mieux faire !

Un bon début. Mais la route reste encore longue. Car certains clichés ont encore la vie dure. Prenons par exemple les injonctions esthétiques selon lesquelles pour être "désirables", les femmes "doivent" être "belles", "minces", "maquillées", "épilées"... Des normes archaïques ? Pas pour 48% des hommes interrogés : ces derniers avouent en effet qu'ils "n'accepteraient pas" d'être en couple avec une femme "qui ne correspondrait pas à ces normes".

Le bât blesse également lorsque l'on se penche sur la charge contraceptive. Si 87% des hommes interrogés se disent prêts à payer une partie de la contraception de leur partenaire, leur implication semble se limiter à l'aspect financier. 

Ils ne sont que 32% à envisager de prendre une contraception masculine, qu'il s'agisse de la pilule pour homme ou du slip chauffant.

Quant aux pratiques sexuelles, les normes hétérosexuelles restent encore largement dominantes. Une écrasante majorité d'hommes a notamment l'air de considérer par exemple que la pénétration est un acte à sens unique : 76% refusent d'explorer le plaisir de l'orgasme prostatique. Et il en va de même pour l'annulingus (52% des hommes rejettent cette pratique) ou l'introduction d'un plug ou d'un sextoy. En clair, le sexe par pénétration est encore fortement corrélé au corps féminin ou aux pratiques homosexuelles dans l'esprit de la gent masculine.

Alors, déconstruits, ces messieurs ? S'ils semblent maîtriser la théorie, la pratique laisse encore à désirer...

 

Cette enquête a été menée auprès d'un échantillon de 2 003 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Sur le même sujet

19 mai 2022 à 09:00
1 min
13 avr. 2022 à 12:00
3 min

Articles recommandés pour vous