RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde

L'Irak rapatrie 50 djihadistes de l'État islamique détenus en Syrie par des forces kurdes

Image d'illustration
01 juin 2022 à 13:28Temps de lecture2 min
Par Belga

Les autorités irakiennes ont rapatrié 50 combattants irakiens du groupe djihadiste État islamique (EI) qui étaient détenus par les forces kurdes dans le nord-est de la Syrie, ont annoncé mercredi les services de sécurité à Bagdad.

L'Irak n'a de cesse de mettre en garde contre la menace que constitue l'EI dans le nord-est de la Syrie. En janvier, des dizaines de djihadistes avaient attaqué la prison de Ghwayran avant que les forces kurdes ne reprennent le contrôle de la prison au terme de plusieurs jours de combats qui ont fait des centaines de morts.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), alliance de combattants kurdes et arabes, "ont livré 50 éléments du groupe terroriste EI via le poste-frontière de Rabia", selon un communiqué du commandant adjoint des Opérations conjointes.

Cette instance irakienne coordonne l'action des différentes forces de sécurité et collabore avec la coalition internationale antidjihadistes emmenée par Washington.

Les djihadistes "seront remis à l'agence de renseignements du ministère de l'Intérieur qui va les interroger et prendre à leur encontre toutes les mesures juridiques nécessaires", ajoute le communiqué.

Les rapatriés sont des "combattants" irakiens, selon un haut responsable militaire à Bagdad. En décembre, le pays a rapatrié 100 djihadistes, plusieurs opérations similaires ayant déjà eu lieu par le passé.

3500 détenus irakiens dans les prisons kurdes syriennes

Au total, "3500 détenus irakiens" se trouvent dans les prisons kurdes syriennes, a indiqué à l'AFP le haut responsable militaire.

Il y a aussi dans le camp de déplacés syrien d'Al-Hol environ 30.000 Irakiens, dont 20.000 enfants. Mais contrairement aux pays occidentaux qui organisent des rapatriements au compte-goutte, l'Irak a déjà récupéré plus de 450 familles.

Fin 2017, l'Irak a proclamé sa "victoire" contre les djihadistes qui avaient conquis près d'un tiers du pays en 2014. L'Irak a déjà poursuivi en justice des milliers de ses ressortissants pour appartenance à l'EI, crime passible de la peine de mort selon une loi antiterroriste.

Malgré sa mise en déroute, l'EI "a maintenu sa capacité à lancer des attaques à un rythme régulier", reconnaissait un rapport onusien publié en janvier 2022. "Exploitant la frontière poreuse" entre l'Irak et la Syrie, l'organisation terroriste conserverait "entre 6000 et 10.000 combattants dans ces deux pays, où elle forme des cellules et entraîne des agents", selon ce rapport.

L'Irak construit actuellement un mur en béton sur une partie de sa frontière avec la Syrie pour empêcher l'infiltration de djihadistes.

Sur le même sujet

Les Kurdes de Syrie transfèrent près de 700 Irakiens liés à l’État islamique en Irak selon une ONG

Monde Moyen-Orient

L'un des "Beatles" présumés de l'EI présenté à la justice britannique

Justice

Articles recommandés pour vous