L'ONU prolonge le mandat des enquêteurs sur le Kasaï en RDC

L’ONU prolonge le mandat des enquêteurs sur le Kasaï en RDC
07 oct. 2020 à 18:53Temps de lecture1 min
Par Belga

Les trois enquêteurs indépendants de l’ONU sur la situation des droits de l’homme dans les régions du Kasaï en République démocratique du Congo (RDC) ont vu leur mandat prolongé mercredi d’un an par le Conseil des droits de l’homme.

Au Kasaï, de nouvelles violences ont récemment déplacé près de 25.000 personnes en un mois. Dans un rapport en 2018, les enquêteurs indépendants internationaux (EEI) mandatés par le Conseil des droits de l’homme avaient affirmé que l’armée congolaise et deux milices avaient perpétré des crimes contre l’humanité en 2016 et 2017 dans cette zone. Selon l’ONU, les affrontements auraient fait plus de 3000 victimes et près de 1,5 million de déplacés.


►►► À lire aussi : RDC : l’ONU avance un bilan provisoire moins élevé des massacres en Ituri


Dans la résolution approuvée mercredi, l’instance onusienne a également condamné les violations des droits de l’homme observées dans tout le pays. Notamment dans l’est où plus d’un million de personnes ont été déplacées ces derniers mois.

Le Conseil des droits de l’homme a demandé à la Haute commissaire de l’ONU, l’ex-présidente chilienne Michelle Bachelet, un rapport dans un an sur cette situation.

Deux experts de l’ONU, l’Américain Michael Sharp et la Suédoise d’origine chilienne Zaida Catalan, ainsi que leurs quatre accompagnateurs congolais, avaient été en mars 2017 au Kasaï (centre de la RDC).

Sur le même sujet

RDC : la clinique du Dr Mukwege à nouveau protégée par les Nations-unies

Monde Afrique

Articles recommandés pour vous