Monde Europe

L'Otan juge "inacceptable" l'exigence de Moscou d'un retrait de Bulgarie et de Roumanie

© AFP or licensors

21 janv. 2022 à 19:40Temps de lecture1 min
Par Belga

L'Otan a rejeté vendredi la demande de la Russie d'un retrait des troupes étrangères de l'Alliance présentes en Bulgarie et en Roumanie et dénoncé l'idée de sphères d'influence en Europe, a déclaré sa porte-parole.

"L'Otan reste vigilante et continue d'évaluer la nécessité de renforcer la partie orientale de notre Alliance", a averti Oana Lungescu.

"Les demandes de la Russie créeraient des membres de l'Otan de première et de deuxième classe, ce que nous ne pouvons accepter", a-t-elle expliqué.

L'organisation "ne renoncera pas à sa capacité de nous protéger et de nous défendre mutuellement, y compris avec la présence de troupes dans la partie orientale de l'Alliance", a-t-elle ajouté.

"Nous répondrons toujours à toute détérioration de notre environnement de sécurité, notamment en renforçant notre défense collective", a-t-elle conclu.

Renoncer à tout élargissement

Moscou réclame pour garantir sa sécurité qu'Américains et Européens signent des traités pour que l'Otan renonce à tout élargissement et revienne sur l'architecture sécuritaire construite en Europe après la fin de la Guerre froide et la chute de l'URSS.

La demande de retrait des "forces étrangères, des équipements et des armements" de Roumanie et de Bulgarie a été formulée par Moscou le jour de pourparlers à Genève entre son chef de la diplomatie Sergueï Lavrov et le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken.

Environ un millier de soldats américains, 140 militaires italiens et 250 polonais sont stationnés en Roumanie. La France a annoncé être disposée à engager des militaires dans le pays dans le cadre d'une éventuelle augmentation de la présence de l'Otan.

La Bulgarie a pour sa part un accord avec les Etats-Unis pour accueillir dans un camp d'entraînement 2.500 soldats, avec un maximum de 5.000 au moment des périodes de rotation du personnel.

 

Sur le même sujet

L'Otan s'inquiète de l'influence de la Russie sur l'approvisionnement de gaz en Europe

Monde

Conflit en Ukraine : "Si l'Otan veut rétablir une coopération avec la Russie, il nous faut des actes concrets"

Monde

Articles recommandés pour vous