Equitation

La Belgique attend deux nouvelles médailles d’or de Michèle George, notre Nafi Thiam des sports équestres

Para-dressage Freestyle : Médaille d'Or pour Michèle George

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

C’est vrai que son palmarès n’a rien à envier à ceux de nos plus grandes championnes : Nina Derwael, Nafi Thiam, Tessa Wullaert, Emma Meeseman… et autres Sanne Kant.

Bien sûr, comparer les titres et les mérites individuels pour des disciplines différentes n’a pas beaucoup de sens, mais ceux de Michèle George laissent admiratif : 6 médailles aux Jeux paralympiques (5 d’Or et 1 d’Argent), 2 médailles d’Or aux Championnats du Monde, et des victoires en Grand Prix à ne plus pouvoir les compter. Depuis plus de 10 ans maintenant, notre compatriote est la Reine de la discipline, dans sa catégorie de handicap (Grade 5, celui des handicaps les plus légers), ainsi qu’une fantastique locomotive pour l’équipe belge de Para-dressage.

 

Si je ne ramène pas deux médailles, je saute par la fenêtre

La double médaillée d’or des derniers Jeux paralympiques (victoire dans l’épreuve imposée et dans le "Freestyle") aborde les prochains Championnats du Monde (10-14/8, Herning, Danemark) avec des ambitions très claires : "A chaque compétition les compteurs sont remis à zéro. Et mes rivaux continuent eux aussi à progresser. Mais en étant honnête, je dois reconnaître que notre duo avec ma jument "Best of 8" est plus fort encore qu’à Tokyo. Si les juges cotent ce qu’ils doivent coter, c’est-à-dire essentiellement la qualité technique, et pas le show, la poudre aux yeux, je suis favorite".

Une des armes de la cavalière de la LEWB (Ligue équestre Wallonie Bruxelles) c’est son mental, assez étonnant. "Je sais à quel point les attentes sont élevées : de la part des fédérations, des ministères, du public, de mon entourage et des médias. Cela constitue une grosse pression sur mes épaules. Mais dès que je suis avec mon cheval, concentrée sur les épreuves, cette pression n’existe plus. Il ne reste que mon plaisir d’être en selle, mon excitation à concourir et ma détermination à être la meilleure".

 

Les Jeux paralympiques restent plus excitants et prestigieux que les Mondiaux

Si elle ramène deux nouveaux titres mondiaux, Michèle en sera ravie et fière, bien sûr, mais les considérera surtout comme une étape : "Cela prouvera que ma jument et moi sommes sur la bonne route. Celle de Paris 2024. Les Paralympiques brillent plus encore que les Mondiaux, et en 2024 notre duo sera au sommet de son art".

Les deux épreuves auxquelles Michèle George participera seront retransmises sur Auvio : jeudi 11/8 dès 17h30 et dimanche 14/8 vers 14h15 ou 15h30 selon que le Grade 3 passe avant ou après le Grade 5.

La cavalière de Dressage Michèle George lors de l’épreuve Individual Test de Paradressage Grade 5 des Jeux paralympiques de Tokyo 26 août 2021.
La cavalière de Dressage Michèle George lors de l’épreuve Individual Test de Paradressage Grade 5 des Jeux paralympiques de Tokyo 26 août 2021. © Tous droits réservés

Articles recommandés pour vous